Crise grecque : ce lundi où le «Non» au référendum a tétanisé l'Europe

le , mis à jour le
243
Crise grecque : ce lundi où le «Non» au référendum a tétanisé l'Europe
Crise grecque : ce lundi où le «Non» au référendum a tétanisé l'Europe

C'est le jour d'après, celui des incertitudes financières et des tractations politiques. Et maintenant ? En obtenant une victoire éclatante du « non » au plan européen, avec 61,31% des voix et une participation importante de 62,5%, Alexis Tsipras prouve à l'Europe qu'il n'est pas qu'un agitateur prêt à mener son pays au bras de fer. Mais s'il a le soutien de son peuple, le Premier ministre grec reste tributaire de l'argent des Européens. Il l'a d'ailleurs dit dimanche soir à la télévision : le non au référendum ne signifie pas « une rupture avec l'Europe » mais « le renforcement de notre pouvoir de négociation » avec les créanciers, l'Union européenne et le FMI.

C'est ce paradoxe qui va animer ce lendemain de référendum, dont le point d'orgue sera la rencontre à Paris de François Hollande et Angela Merkel. Mardi, forts d'une ligne peut-être fixée par le couple franco-allemand, les chefs d'Etat et de gouvernement de la zone euro tiendront un sommet à Bruxelles.

QUESTION DU JOUR. Après le non grec, l'Europe doit-elle revoir ses exigences ?

En attendant la réouverture de discussions concrètes, les Grecs, qu'ils aient fait la fête hier soir ou non, ont un cap : les banques doivent pouvoir fonctionner le plus rapidement possible. Le gouvernement grec a décidé le prolongement jusqu'à mercredi de la fermeture des banques.

>> Quels enjeux après le référendum de dimanche ? >>

22h10. Londres averti les potentiels touristes. La Grande-Bretagne a averti ses ressortissants souhaitant se rendre en Grèce que la situation sur place pouvait «se détériorer rapidement» si aucun accord sur la dette du pays n'était trouvé prochainement, conseillant notamment aux touristes de se munir de médicaments en raison d'un risque de pénuries.

21h34. Mariano Rajoy prêt à aider la Grèce mais pas sans contrepartie

Le chef du gouvernement conservateur Mariano Rajoy se dit favorable à une aide à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mark92 le mardi 7 juil 2015 à 21:26

    Ben 11 millions sur plus de 300 millions. Peanut la grèce. A part le tourisme et les olives qu'ils ne sont même plus capable d'exploiter, ils servent à quoi à part mendier ?? Sport national: ne pas payer d'impôt. On a déja les roms, les migrants et bientôt les grecs ??

  • ref1929 le mardi 7 juil 2015 à 20:16

    L'allemagne ne paie pas ses dettes et coute chere... A lire pour rappel... http://www.slate.fr/story/19293/lallemagne-nest-pas-le-tiroir-caisse-de-leurope

  • alaintr4 le mardi 7 juil 2015 à 17:27

    La haine contre les grecs s' installe . Et aussi contre nos incapables européens négociateurs .

  • stmaster le mardi 7 juil 2015 à 16:17

    La saga continue, le Premier ministre grec s'est pointé à Bruxelles les mains vides, sans nouvelle proposition de réformes. Il a le don d'agacer, je l'avoue !Quant à Wall Street, le marché s'inquiète plus de la Chine que de ia Grèce.

  • M2734309 le mardi 7 juil 2015 à 15:14

    M467862, c'est la faute à qui pour que tu sois aussi borné ?

  • M2734309 le mardi 7 juil 2015 à 15:12

    stmaster, t'oublie qu'une chose, c'est que la dette japonaise est détenue presque intégralement par les JAPONAIS et que eux, ils ne doivent rien à personne !

  • M2734309 le mardi 7 juil 2015 à 15:08

    la dette grecque nous fait hurler, mais qui connait la dette cacher de l'Allemagne , qu'on paye tous?? et la dette française, t'as oublié !!!!

  • M2734309 le mardi 7 juil 2015 à 15:06

    On n'en a rien à cirer du non des parasites grecs

  • M1945416 le mardi 7 juil 2015 à 14:26

    la dette grecque nous fait hurler, mais qui connait la dette cacher de l'Allemagne , qu'on paye tous?? http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/07/06/une-dette-allemande_4672279_3232.html

  • TL70190 le mardi 7 juil 2015 à 13:23

    Europe qui a donné les pouvoirs aux banques au mépris des votes de ses peuples !