Crise grecque : Athènes a rendu sa copie à temps

le , mis à jour à 01:14
388
Crise grecque : Athènes a rendu sa copie à temps
Crise grecque : Athènes a rendu sa copie à temps

«De nouvelles propositions concrètes de réformes crédibles.» C'est ce qu'avait promis mercredi Alexis Tsipras devant les députés européens au Parlement de Strasbourg. Deux heures avant minuit, fin de «l'ultimatum», Bruxelles a annoncé avoir reçu ces fameuses nouvelles propositions de réformes faites par Athènes pour obtenir un troisième plan d'aide à ses partenaires de la zone euro, qui constituent son principal créancier. 

Hausse de la TVA, hausse des taxes, retour des privatisations, réforme des retraites : le détail de ces réformes est à retrouver ici.

Elles vont être «immédiatement» étudiées par les créanciers. Si elles sont jugées satisfaisante, les dirigeants européens pourront alors commencer les négociations sur le nouveau programme d'aide dès dimanche au cours d'un sommet exceptionnel à Bruxelles élargi aux 28 pays de l'Union européenne. Dans le cas contraire, cette réunion deviendrait un sommet de crise et porterait sans doute sur une sortie de la Grèce de la zone euro.

Après une escalade de propos alarmistes en début de semaine, Athènes a récolté des signes encourageants, dont un appel du président du Conseil européen, Donald Tusk, en faveur de propositions «réalistes» des créanciers sur l'épineuse question de la dette grecque, cruciale pour le gouvernement d'Alexis Tsipras. A offre satisfaisante des Grecs, répondra la bonne volonté des créanciers sur le règlement de la lourde dette publique du pays, qui atteint 320 milliards d'euros, soit près de 180% du PIB, semble Donald Tusk. Cette question divise le FMI et les Européens, parmi lesquels certains pays, comme l'Allemagne pour le moins réservée.

>> Les événements de jeudi>>

0h50. Athènes consent  finalement à des hausses de la TVA ainsi qu'à des réformes des retraites et de la fonction publique. 

Le détail des propositions d'Athènes, c'est par ici

23h30.  Treize milliards d'euros d'économies. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8657715 le vendredi 10 juil 2015 à 19:29

    @ uboat ... connaissez vous au moins la conséquence la plus probable d'une imposition de l'Eglise orthodoxe en Grèce ? ... en raccourci, c'est ouvrir un Boulevard royal à Aube Dorée. Est-ce bien votre souhait ?

  • M5707335 le vendredi 10 juil 2015 à 18:48

    « Timeo Danaos et dona ferentes » est une phrase mise dans la bouche de Laocoon par Virgile dans l'Énéide. Elle peut se traduire par « Je crains les Grecs, même ceux apportant des cadeaux ». Elle fait référence au Cheval de Troie. Elle est devenue une locution usuelle et a mené à l'adage populaire cadeau de grec.

  • dioptaze le vendredi 10 juil 2015 à 18:32

    On shuntera tous les banques grâce au Bitcoin commancez par prendre les votre gratuit : www.cryptos-revolution.com après il sera trop tard pour s'enrichir

  • milano12 le vendredi 10 juil 2015 à 16:55

    un cinéma pas possible une mascarade de l Europe pitoyable juste pour justifie leur salaire

  • M2941863 le vendredi 10 juil 2015 à 13:31

    Cool la bourse remonte... les pays pauvres de l'UE c'est pas bon pour les affaires... Fallait rester à 8 pays comme prévu! ce type est autant menteur que le grosmou... c'est dire s'il a bien trompé le peuple lui aussi

  • M8589793 le vendredi 10 juil 2015 à 12:50

    Décidément la mollesse de Hollande est contagieuse.Vus ses résultats en France, L'Europe est mal partie.

  • M4760237 le vendredi 10 juil 2015 à 12:14

    Paroles, paroles paroles. On connaît les Grecs, on connaît Tsipras. C'est pas gagné.

  • mintchio le vendredi 10 juil 2015 à 12:13

    c'est grace à hollande notre super champion.

  • stmaster le vendredi 10 juil 2015 à 11:10

    Ne vous réjouissez pas trop vite, l'homme de la rue en Grèce se sent trahi et le parlement grec doit encore valider.La partie n'est pas finie.

  • fortunos le vendredi 10 juil 2015 à 10:55

    L intervention d Hollande et de ses conseillers a été determinante.