Crise et météo plombent les affaires d'Euro Disney

le
5
Crise et météo plombent les affaires d'Euro Disney
Crise et météo plombent les affaires d'Euro Disney

Euro Disney n'est pas à la fête. La crise qui affecte l'Europe du sud et la mauvaise météo du printemps ont plombé au troisième trimestre l'activité et la fréquentation des parcs du groupe, qui se montre «prudent» pour la fin de son exercice décalé. Au cours des trois derniers mois (avril à juin), le groupe, qui exploite notamment Disneyland Paris, a vu son chiffre d'affaires reculer de 1,7%, à 352,1 millions d'euros. Du coup, le titre du groupe Euro Disney reculait de près de 1,62% mardi matin à la Bourse de Paris, dans un marché en hausse de 0,23%.

L'activité a notamment été affectée par «un contexte économique difficile, notamment en Europe du sud, et dans une moindre mesure, (par) des conditions météorologiques défavorables en France,» indique Euro Disney dans un communiqué.

Sur les neuf premiers mois de son exercice décalé, le groupe enregistre malgré tout un chiffre d'affaires en hausse, grâce à un bon premier semestre (+2,8%), mais aussi en raison de la hausse de la dépense moyenne par visiteur. Le groupe a également bénéficié d'une activité soutenue dans l'immobilier, dont le chiffre d'affaire est passé de 1,7 million à 6,8 millions, porté par une importante transaction immobilière au premier trimestre.

Le nombre de visiteurs revu à la baisse

Pour les prochains mois, le président d'Euro Disney, Philippe Gas, cité dans le communiqué, se déclare une nouvelle fois «prudent au vu de l'incertitude économique en Europe». En effet, la détérioration de l'activité économique a pesé fortement au troisième trimestre sur les volumes des activités touristiques du groupe (-1,6% à 351,8 millions d'euros). Le chiffre d'affaires des parcs à thème se replie de 1,5% pour s'établir à 204,7 millions d'euros, «reflétant une baisse de 7% de la fréquentation», due à la baisse du nombre de visiteurs français, italiens, espagnols et belges.

Ce recul n'a été que «partiellement compensé par une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Rockfund le dimanche 18 aout 2013 à 01:59

    @gacher.... Faut voir plus loin que le bout de votre nez.... Combien d'emplois direct et indirect ont été crées ? travaillant pour ADP, j'affirme que Disney est le site touristique qui draine le plus de visiteurs après Paris, donc un peu de jugeote, c'est une aubaine qui a couté un terrain et qques taxes ? Et alors........ Il aurait sans doute été mieux notre tourisme entre les mains de Londres ou Berlin ?

  • dupon666 le mardi 6 aout 2013 à 13:06

    la niaiserie US qui bat de l'aile

  • maijerev le mardi 6 aout 2013 à 11:18

    la météo joue un peu qd même si , j'y suis un jour de grand froid, va te promener dans le parc avec du verglas partout et 0°c ... y 'a personne.

  • techluxo le mardi 6 aout 2013 à 10:53

    euh la crise ok , mais la météo lol

  • gacher le mardi 6 aout 2013 à 10:35

    les transactions immobilières de Disney sont des cadeaux faits avec nos impots. On leur a tout donné, à commencé par un terrain gigantesque et beaucoup plus grand que le parc, sans compter les taxes, .....