Crise et internet boostent les achats en promotion

le
0
Crise et internet boostent les achats en promotion
Crise et internet boostent les achats en promotion

Rabais par SMS, sites internet de bons de réduction, portefeuille virtuel de prix réduits: les moyens de faire connaître les promotions sortent du traditionnel prospectus et l'achat avec bons de réduction, longtemps délaissé, devient incontournable, crise oblige.Les ventes de prêt-à-porter en promotion ont battu un record au premier semestre 2013 : 44,6% des vêtements achetés l'ont été à un prix barré, inférieur au prix normal. En 2007, les promotions concernaient 29% des ventes, selon la fédération du prêt-à-porter féminin.La chasse aux bons plans dépasse désormais les secteurs les plus recherchés (mode, produits high-tech).Plus d'un Français sur deux (54%) déclare acheter davantage en promotion ou en solde qu'auparavant, selon une étude Altavia/ShopperMind diffusée mi-septembre, et 45% se revendiquent adeptes des coupons de réductions.L'étude montre que 400 millions de ces coupons ont été utlisés en France, indique RTL lundi, et que la valeur moyenne des bons est passée de 0,65 euros en 2010, à 0,76 euros en 2011.Aujourd'hui, "acheter en promotion est devenue le référent des consommateurs, qui veulent continuer à se faire plaisir avec des marques, sans pour autant plomber leur budget", note Jean-Marc Megnin de ShopperMind."Auparavant, l'obtention d'une remise était plutôt une exception, aujourd'hui c'est devenu une norme" dans l'esprit des consommateurs, explique Olivier David, directeur général du site de réductions, Poulpeo."Consommateur malin et stratège"D'autant que le complexe entourant ce type d'achat semble avoir disparu. "L'achat en promotion aujourd'hui, ce n'est plus dire +je suis un miséreux+, c'est s'affirmer comme consommateur malin et stratège", souligne Pierre Bellanger de la radio Skyrock, qui vient de lancer une application de cash-back (réduction de prix sur des achats en ligne).Pour les commerçants, la promotion augmente la fréquentation et reste un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant