Crise du porc : pas de cotation ce jeudi, les producteurs lancent un appel à Valls

le , mis à jour le
23
Crise du porc : pas de cotation ce jeudi, les producteurs lancent un appel à Valls
Crise du porc : pas de cotation ce jeudi, les producteurs lancent un appel à Valls

Le marché du porc breton (MPB) n'aura pas lieu ce jeudi. L'absence annoncée des deux principaux acheteurs, Cooperl et Bigard, qui refusent depuis lundi de payer le prix demandé par le gouvernement, soit 1,40 €/kg, a débouché sur cette situation. «Aujourd'hui ces deux entreprises ont dévié du règlement du marché qu'elles ont signé ; elles sont hors la loi», a déclaré Daniel Picart, président du MPB. «A priori il y a une annonce pour que le marché se tienne demain», a-t-il ajouté.

«Je lance un appel d'ici demain pour que la cotation se passe», a renchéri le président de l'Union des groupements producteurs de viande en Bretagne, Michel Bloc'h. Il souhaite aussi qu'une rencontre soit organisée entre les producteurs et le Premier ministre, Manuel Valls. «Je lance un appel au Premier ministre, à son cabinet. Je veux pas lui foutre en l'air ses vacances, bien au contraire. Mais il faut au minimum que ses conseillers nous reçoivent dès demain», a-t-il dit.

Le monde agricole et politique avait les yeux tournés, ce jeudi, vers le MPB, à Plérin (Côtes d'Armor), pour savoir si une cotation, c'est-à-dire une fixation du prix du kilo de viande, pourrait s'y tenir. Ce marché, qui ne représente que jusqu'à 10 à 12% des transactions, est déterminant, car il fixe les prix pour environ 90% du marché français. Sur le marché au cadran de Plérin, les cotations n'ont lieu que deux fois par semaine et celles du lundi 10 août avaient déjà été annulées.

1,40 €/kg : «vital pour les éleveurs, pas tenable pour les industriels»

Les responsables du MPB ont deux préoccupations et tiennent à ce que le marché ait lieu. Ils cherchent d'abord à parvenir malgré tout à assurer une représentativité du marché en l'absence des deux poids-lourds. «Sinon, on pourrait nous reprocher de faire un prix pas adapté, de ne pas représenter l'état de l'offre et de la demande», souligne-t-on. L'autre objectif est de soulager les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ccoudra2 le vendredi 14 aout 2015 à 14:29

    Les socialistes français marchent sur la tête, j'allais dire comme d'habitude. Ils veulent fixer un prix planché pour le porc français à l'ère de la mondialisation (du moins de l’européanisation). Cela pourrait matcher en Corée du nord ou même en Chine mais pas en Europe. Ils n'ont rien compris ces socialistes d'un autre âge...

  • M467862 le vendredi 14 aout 2015 à 10:38

    Les bonnets rouges sont les bonnets d'ânes de Bretagne. Les éleveurs ne vivent que de leurs subventions et ne savent pas produire mais juste polluer. Non au cochon de Bretagne.

  • stepone7 le vendredi 14 aout 2015 à 09:19

    etrange quand meme .. quand il s agit du porc valls est bien silencieux ?

  • DonCorly le vendredi 14 aout 2015 à 09:14

    Superbe bête, animal de fable, qu'attendons nous pour ériger une statue de cochon dans chaque ville préfecture, pour services rendus à l'Humanité ?

  • SM7 le vendredi 14 aout 2015 à 09:08

    C'est sur que quand je vois la photo en encart et par conséquent les conditions de production de la viande ça me donne envie de devenir végan !

  • marcmes2 le vendredi 14 aout 2015 à 09:07

    A part les gros porcs qui nous gouvernent, force est de constater que dans notre beau pays cette viande sera bientôt bannie de nos cantines et restaurants d'entreprise puis tout simplement de nos assiettes pour ne pas offenser certaines minorités qui vont malheureusement devenir une majorité si la France ne se réveille pas

  • ldvcgpt le jeudi 13 aout 2015 à 15:26

    c'est le consommateur qui décide

  • ldvcgpt le jeudi 13 aout 2015 à 15:23

    les gros eleveurs attendent que les surendettés fassent faillitte pour vendre plus bas à leur place , c'est la guerre économique La baisse des charges pour les petits entrepreneurs est impossible car tous vont réclamer le même avantage , et après il faudra licencier ceux qui gèrent nos charges ...non non ce n'est pas sérieux, en France il faut plus de Fonctionnaires

  • Technof le jeudi 13 aout 2015 à 14:21

    Si seulement tous ces élevages pouvaient fermer DEFINITIVEMENT en BZH !!

  • gl060670 le jeudi 13 aout 2015 à 14:16

    Heureusement qu'ils sont la les bretons et pour relever le niveau des français (voir les ânes du forum)