Crise du porc : les syndicats agricoles exigent que les cotations reprennent dès mardi

le , mis à jour à 15:41
9
Crise du porc : les syndicats agricoles exigent que les cotations reprennent dès mardi
Crise du porc : les syndicats agricoles exigent que les cotations reprennent dès mardi

Alors que les différents acteurs de la crise du porc se réunissent ce lundi autour du ministre de l'Agriculture Stephane Le Foll, le président de la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (FRSEA) de Basse Normandie, Pascal Ferey, a exigé lundi, , que les cotations de cette viande au marché du porc breton (MPB) à Plérin reprennent dès mardi. Une manière d'accentuer la pression sur la table ronde qui se tient au ministère de l'Agriculture.

«On exige que dès demain (mardi), les cotations au marché au porc breton (MPB) soient rouvertes», a déclaré Pascal Ferey, à l'issue d'une réunion des syndicats des principales régions productrices de porc à Rennes.

La cotation est suspendue depuis une semaine suite au refus de deux des principaux acheteurs, Cooperl et Bigard/Socopa, de payer le prix préconisé par le gouvernement pour les éleveurs, 1,40 euros le kilo. Ce prix est selon eux déconnecté de la réalité économique du marché européen. 60000 bêtes attendent toujours de trouver acheteur. 12,5 % des porcs français s'échangent au marché au cadran de Plérin.

Les syndicats agricoles demandent aussi l'intervention de l'État de façon à pouvoir continuer «à abattre des cochons en plus grand nombre et à les stocker avant de pouvoir les vendre», afin de désengorger les porcheries où les animaux s'entassent en raison de la suspension des ventes au MPB, a ajouté Pascal Ferey.

«Ce n'est pas à l'agriculteur de payer le prix des décisions politiques»

Par ailleurs, en raison de l'embargo russe sur les produits français, les syndicats agricoles demandent aussi «des moyens financiers supplémentaires pour faire de l'export». «Ce n'est pas à l'agriculteur et aux producteurs de payer le prix des décisions politiques».

Réunis lundi à Rennes, l'ensemble des syndicats agricoles - FRSEA, FDSEA, Jeunes agriculteurs - ont en outre à nouveau dressé un bilan alarmiste de l'ensemble des filières ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ccoudra2 le mardi 18 aout 2015 à 14:50

    Les socialistes français marchent sur la tête, j'allais dire comme d'habitude. Ils veulent fixer un prix planché pour le porc français à l'ère de la mondialisation (du moins de l’européanisation). Cela pourrait matcher en Corée du nord ou même en Chine mais pas en Europe. Ils n'ont rien compris ces socialistes d'un autre âge...

  • M7097610 le mardi 18 aout 2015 à 08:38

    les bretons nous saoulent. Comment font les autres ?

  • domin288 le lundi 17 aout 2015 à 16:39

    Le problème, c'est que les charcutiers n'ont plus le droit de transformer leur carcasse, loi et décret de la commission européenne. C'est essentiellement du au lobbying des grand abattoirs. Donc les éleveurs sont obligès de passer par les marchés au cadran. Vous avez voulu l'Europe, et bien maintenant il faut payer et souffrir en silence.

  • vlatour1 le lundi 17 aout 2015 à 16:26

    Le raisonnement de M1765517 est le mieux fondé, non pas se plaindre prenez le taureau par les cornes (ou le cochon par la queue) et allez trouver votre marché en direct, fini les intermédiaires qui dictent leur conditions et le consommateurs sera mieux servi au final. A 1.40€ pour de la qualité je suis preneur au lieu de payer 2.99€ en promo un truc qui fond dans la poele

  • M1765517 le lundi 17 aout 2015 à 15:56

    pourquoi faire 100 de ca quand vous dépensez 98.6 pour vos charges, faites seulement 50, vendez vous même et faites 30% de marge !

  • stricot le lundi 17 aout 2015 à 15:37

    Genre l'Etat va filer plus d'argent aux agriculteurs pour soutenir artificiellement les prix agricoles en depit des regles de libre competition europeennes,? Doulbe-peine en plus de penaliser le PIB donc l'emploi donc les rentrees de TVA a cause de la posture sur la Russie, l'Etat va en plus payer des subventions de compensation? C'est du grand n'importe quoi. Qu'ils produisent 30% de moins et les prix remonteront.

  • jyth01 le lundi 17 aout 2015 à 15:31

    Il faut choisir, soit taxer à mort pour faire de l'élevage de fonctionnaires, soit réduire les charges pour être compétitifs dans le monde

  • Berg690 le lundi 17 aout 2015 à 15:25

    Si c'est 1,40€ / Kg pas besoin de cotations.

  • M7163258 le lundi 17 aout 2015 à 15:19

    Malheureusement pour eux ils ne peuvent rien exiger !!!Et le gouvernement idem ! Liberté et contraintes en même temps cela fait pas bon ménage!!!