Crise du porc : les éleveurs veulent convaincre la Cooperl de participer aux cotations

le , mis à jour à 19:05
1
Crise du porc : les éleveurs veulent convaincre la Cooperl de participer aux cotations
Crise du porc : les éleveurs veulent convaincre la Cooperl de participer aux cotations

Les discussions reprennent avec la Cooperl. Ce jeudi, des éleveurs de porcs ont rencontré le PDG de l'acheteur porcin, Patrice Drillet, pour évoquer un éventuel retour de la coopérative au Marché du porc breton (MPB). Les éleveurs réclament toujours ce retour au MPB de la Cooperl ainsi que celui de Bigard. Leur absence, liée au refus de payer le kilo de porc au prix préconisé de 1,40 euro, avait provoqué l'arrêt des cotations au MPB pendant une semaine et déclenché la crise.

A la mi-journée, alors que se tenait la seconde séance de cotation depuis leur reprise mardi, environ une cinquantaine de producteurs se sont donc rendus au siège de la Cooperl à Lamballe, à une vingtaine de kilomètres de là, où se tenait un conseil d'administration de la coopérative, dans l'espoir d'obtenir gain de cause. Patrice Drillet, PDG de l'entreprise,  a alors accepté de les recevoir. 

Le président du MPB Daniel Picart, interrogé à Plérin, se montrait toutefois sceptique sur l'issue des ces «négociations» peu avant qu'elles ne débutent. «Ce matin, j'étais serein, car j'avais l'assurance que le marché allait se tenir. Mais je suis moins serein sur les négociations avec la Cooperl», a-t-il dit précisant avoir déjà «parlé avec Patrice Drillet» mercredi. Les échanges entre les deux hommes auraient été «un peu virils».

Daniel Picart ne digère pas que la Cooperl, un des opérateurs majeurs du marché porcin en France, ait «quitté le MPB sans rien nous demander» pour «maintenant, poser des conditions pour revenir». «On va en discuter», a-t-il poursuivi, sans toutefois préciser la nature de ces conditions. Si ces négociations surprises n'aboutissent pas, les éleveurs sont donc prêts à envisager «les éventuelles poursuites qui pourraient être engagées» contre la Cooperl et Bigard pour la rupture de la convention les liant au MPB.

Car les deux acheteurs ont un poids indéniable sur le marché : habituellement, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • p.cuquel le vendredi 21 aout 2015 à 09:05

    je persiste dans ma question : quid du pris pour les charcutiers et bouchers/charcutiers traditionnels ? On ne parle que de la grande distribution...