Crise du lait : les producteurs et Lactalis trouvent un accord

le , mis à jour à 14:20
0
Crise du lait : les producteurs et Lactalis trouvent un accord
Crise du lait : les producteurs et Lactalis trouvent un accord

Le troisième round des négociations sur le prix du lait a été le bon. Les organisations de producteurs de lait et le groupe agroalimentaire Lactalis sont tombés d'accord, ce mardi à 12h30 après avoir débuté de nouveaux pourparlers dans la matinée à la préfecture de Mayenne, à Laval. L'accord fixe la tonne de lait à « 290 euros en moyenne », a précisé Sébastien Amand, vice-président de l'Organisation de producteurs Normandie Centre. 

Concrètement, le prix des 1000 litres de lait va augmenter de 5 euros tous les mois jusqu'à la fin de l'année. Il sera donc de 280 euros en août et de 300 euros en décembre pour donner un prix de 275 euros sur toute l'année. Cet accord prévoit également un arrêt de l'ensemble des mobilisations syndicales sur les sites Lactalis. 

Côté syndical, le secrétaire général de la FNSEA, Dominique Barrau, s'est félicité de cet accord. « On considère que c'est une étape franchie. C'est important que Lactalis revienne dans le rang », a-t-il déclaré. Le groupe agroalimentaire estime que le prix négocié pour les prochains mois est « largement supérieur à son environnement économique et à ses principaux concurrents coopératifs, dont la répartition d'activités est proche de la nôtre ». Sur Twitter, Manuel Valls s'est satisfait de cette « sortie de crise positive pour le secteur laitier ».

Après l'échec des négociations entamées jeudi à la Maison du Lait à Paris, puis vendredi à Laval, cette  troisième rencontre a été initiée entre les deux parties afin de trouver une issue au conflit sur le prix qui oppose le géant du lait aux producteurs français depuis une semaine. La réunion à Laval a lieu en présence de trois représentants de Lactalis, dont le porte-parole du groupe Michel Nalet, de cinq représentants des producteurs dont Sébastien Amand et Jean-Michel Yvard du grand Ouest, ainsi que du préfet de la Mayenne, Frédéric ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant