Crise du lait : le ministre de l'Agriculture s'en prend à Lactalis

le
31
Crise du lait : le ministre de l'Agriculture s'en prend à Lactalis
Crise du lait : le ministre de l'Agriculture s'en prend à Lactalis

La crise du lait qui oppose les producteurs à la principale central d'achat européenne prend une tournure politique. Samedi, en marge d'un comice agricole organisé dans la Sarthe, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a estimé que le groupe Lactalis ne pouvait pas «payer le prix du lait le plus bas de toutes les laiteries françaises».

 

«Lactalis est le numéro un mondial des produits laitiers, c'est une laiterie qui, en France, paye le litre de lait le plus bas de toutes les laiteries françaises, a déclaré le ministre de l'Agriculture. Je l'ai dit et je le répète, je considère que ce n'est pas acceptable et qu'il doit y avoir de la part de Lactalis l'effort qui consiste à se mettre au niveau de tous les autres, il n'y a pas de raison que Lactalis soit en-deçà». 

 

«Ce qui a été dit sur le fait que les prix ailleurs en Europe sont plus bas, c'est vrai, mais en France on valorise le lait d'une manière différente, on transforme le produit laitier avec des produits qui ont plus de valeur ajoutée, donc le prix payé au producteur peut être supérieur», a-t-il souligné après l'échec d'une deuxième session de négociations vendredi sur le prix du lait et la mise en place d'une réunion téléphonique entre la FNSEA, les organisations de producteurs de lait et les Jeunes Agriculteurs pour définir une stratégie face au groupe Lactalis.

 

L'Etat sans moyen de pression

 

A la question de savoir si l'État disposait d'un moyen de pression sur Lactalis, Stéphane Le Foll a répondu que «non». «Est-ce que je peux mettre la pression sur un acteur industriel? Je ne peux pas. (...) Je ne peux pas négocier les prix à la place des acteurs économiques ou alors il faut dire qu'on est dans une situation où les prix sont décidés par le ministre», a-t-il indiqué, ajoutant qu'il pouvait seulement pousser «pour que les gens négocient».

 

VIDEO. Michel Nalet, porte parole du groupe ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pascalcs il y a 7 mois

    .... "mais en France on valorise le lait d'une manière différente, on transforme le produit laitier avec des produits qui ont plus de valeur ajoutée, donc le prix payé au producteur peut être supérieur".....Sachant qu'il se produit autant sinon plus de fromage et yaourt en Hollande et en Allemagne qu'en France on mesure toute la profondeur de maîtrise de nos gouvernants. Pitoyable déclarations sans importance.

  • Cedrik88 il y a 7 mois

    Quand je lis que les agriculteurs se sentent humiliés par Lactalis, c'est dans le même registre que l'humilitation du Peuple par nos politicards qui ont validé dans notre dos, -piétinant de facto le vote des Français au référendum de 2005- le TFUE qui est la cause de tout cela, et avec lequel nous sommes maintenant pieds et poings liés si nous restons dans l'UE! Avec l'article 63 , Lactalis peut acheter au prix qu'il veut, et où il veut. Le ! cqfd.

  • indyta il y a 7 mois

    j ecrivais donc que Cedrik88 apportait la reponse aux questions qu on se pose sur cette crise, et qu il fallait les envoyer a nos elus..

  • indyta il y a 7 mois

    c est la fote aux populistes...

  • indyta il y a 7 mois

    pouvoir d achat, prosperité,qu ils nous disent sans rire depuis 1995...bon, alors,il est ou le bleme,si cette boite boite profite de cette liberalité portee aux nues fodrai savoir bis...

  • indyta il y a 7 mois

    bon ben c est pas l Europe et sa liberisation des marchés qu on nous chante la bouche en coeur tous les jours,cette saine liberalisation qui apporte de nouveaux horizons aux citoyens de la zone euro..fodrai savoir..

  • M940878 il y a 7 mois

    facile ! une entreprises doit faire des bénéfices , elle ne pense pas comme un fonc hyper payé à ne rien faire et qui ne produit pas de richesses

  • M3366730 il y a 7 mois

    Un rapport avait été rendu sur le salaire des agriculteurs Français avec un taux horaire de 3 à 5 € net, pendant que d'autres ont une emploi à vie quoi qu'il arrive et des avantages à gogo, je ne les citerais pas mais tout le monde aura compris !

  • pylenoir il y a 7 mois

    mlaure13 +1

  • DADA40 il y a 7 mois

    Si, il peut mettre la pression sur Lactalis en exigeant que cette société publie ses comptes. Une amende de 1500 € est ridicule. Par contre une descente des services fiscaux avec une intervention (très) musclée et tatillonne et fuites dans la presse serait de nature à faire changer la position de Lactalis. mais ce sont des copains....