Crise du lait : le géant du fromage renâcle à payer plus les éleveurs

le , mis à jour à 09:21
11
Crise du lait : le géant du fromage renâcle à payer plus les éleveurs
Crise du lait : le géant du fromage renâcle à payer plus les éleveurs

C'est un courrier du groupe Savencia (anciennement Bongrain), connu pour ses fromages comme Caprice des dieux, Tartare, Elle & Vire ou Coeur de lion. Deux pages qui jettent un sérieux froid sur les accords conclus fin juillet au ministère de l'Agriculture visant à fixer un prix minimum d'achat aux éleveurs de 340 € les 1 000 litres de lait. « Contrairement à ce qui a pu être dit, aucun engagement de niveau de prix n'a été pris lors de cette table ronde », assure le directeur des approvisionnements laitiers de Savencia dont dépendent des milliers d'éleveurs en France.

Il explique aussi que le groupe échappe aux accords car il ne commercialise ni pack de lait classique, ni yaourts nature, ni fromages premier prix mais des produits de marque plus élaborés. Le leadeur mondial du « lait transformé », deuxième fromager en France derrière Lactalis, alerte aussi sur son obligation de continuer à s'approvisionner en lait bon marché chez nos voisins européens en raison de ses nombreux contrats en cours à l'international sous peine de « mesures de rétorsion des pays importateurs ».

Pour les éleveurs, c'est la goutte de lait qui fait déborder le vase. « Bongrain veut le beurre, l'argent du beurre mais aussi la crémière. Ils font croire qu'ils ne peuvent rien lâcher alors qu'ils profitent cet été des cours mondiaux qui dégringolent », s'insurge André Bonnard, éleveur laitier et président de la FNPL (Fédération nationale des producteurs laitiers). Selon lui, Savencia est même en train d'augmenter ses marges en bafouant les accords qui demandaient de « maintenir l'application stricte des tarifs négociés en février 2015 » avec la grande distribution. « Savencia versait 340 € les 1 000 litres en début d'année contre 300 € aujourd'hui aux éleveurs », dénonce André Bonnard. Même discours du côté du syndicat majoritaire des agriculteurs, la FNSEA, où la vice-présidente, Christiane Lambert, ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CHANOMAR le mardi 4 aout 2015 à 20:51

    0,34 une cigarette même certaines eaux sont plus cheres

  • C.Caulli le mardi 4 aout 2015 à 13:54

    Coeur de Lion, Elle & Vire, tartare et Caprice des Dieux ... c'est fini pour moi !!

  • pelochon le mardi 4 aout 2015 à 11:28

    Il faut punir ces fabricants industriels sans scrupule. Je n'achèterai jamais plus Caprice des dieux, Tartare, Elle & Vire ou Coeur de lion. J'avais déjà fait en sorte d'acheter le plus possible directement au producteur dans les marchés ou les boutiques spécialisées

  • loto77 le mardi 4 aout 2015 à 10:01

    @lorant 21 : les méga fermes allemandes emploient des salariés payés de 4 à 7 €/heure ...permis par l'UE libérale ...fastoche non ? et quand on viendra aligner VOS revenus là dessus ( faudra bien ... ) vous serez étonné . Pas moi.

  • bibas1 le mardi 4 aout 2015 à 09:59

    Désolé lorants, mon poste avait été effacé. Pour en revenir à votre dernière remarque, mon sentiment est qu'ils ne pourront jamais aller contre les traités et la loi, et que tôt ou tard, il faut s'attaquer aux vraies causes.

  • bibas1 le mardi 4 aout 2015 à 09:56

    Le éleveurs (et le gouvernement...) ont tout faux! Selon le TFUE, rien n'empêche une entreprise privée d'acheter ou elle veut, là où elle veut. Sinon, il vont s'attirer de gros ennuis, plus pragmatiquement de lourdes amendes de la part de Bruxelles. Vous voulez plus d'Europe, alors, votez "OUI". Souvenir...A propos, lorant21, pourquoi, en France, n'aurions-nous plus le droit de pouvoir vivre sur une ferme familiale???Ils vont faire quoi vos enfants? Courber l'échine sous le poids des diktats?

  • nonalace le mardi 4 aout 2015 à 09:54

    Les français ont choisi, acheter des téléviseurs à écran plat et des smartphone plutôt que manger des produits de qualité.Ils préfèrent la tomate d'importation gorgée d'engrais et de pesticide à la française saine et ayant meilleur goût mais plus chère.

  • lorant21 le mardi 4 aout 2015 à 09:53

    @bibas. Ils ont tout à fait le doit d'essayer.. la preuve il le font et certains réussiront! La preuve que cela ne marchera pas: les manifs du plus grand nombre.

  • Heliat le mardi 4 aout 2015 à 09:48

    Sauf que les fermes de 500 vaches ou moins en France produisent exactement la même mer** que les fermes de 1000 vaches en Allemagne (Avec des vaches qui ne sortent jamais pour produire un maximum et nourries au soja importé du Brésil). Donc c'est les produits laitiers qu'il faudrait boycotter...

  • lorant21 le mardi 4 aout 2015 à 09:40

    Pourquoi le lait est-il plus cher en France qu'en Allemagne. C'est là, la vraie question. Interdire en France la ferme aux 500 vaches alors qu'en Allemagne il y a des fermes avec 10 000 vaches est un choix. Le choix de la disparition de l'agriculture française. Non, le marché des produits de "qualité" d'une ferme familiale ne fera jamais vivre les paysans français.