Crise du lait : échec des négociations avec Lactalis, les manifestants ont levé leur blocus

le , mis à jour le
10
Crise du lait : échec des négociations avec Lactalis, les manifestants ont levé leur blocus
Crise du lait : échec des négociations avec Lactalis, les manifestants ont levé leur blocus

Les difficiles négociations sur le prix du lait avec Lactalis ont échoué lors de la deuxième session de discussions. Une première session s'était déroulée pendant 11 heures sans succès à Paris, jeudi soir et tôt vendredi matin. La deuxième session, cette fois à Laval, avait débuté à 18 heures vendredi et s'est achevée peu avant 23 heures.

 

Contre toute attente, à la suite de cet échec, la FDSEA 53 a appelé les manifestants à cesser leur blocage du siège de Lactalis. «La manifestation est terminée. On n'avait pas d'intérêt à rester jusqu'à lundi. Vous obliger à tenir, ça servait à rien», a déclaré Philippe Jéhan, président de la FDSEA de Mayenne, samedi, peu avant 1 heure du matin, devant quelque 200 agriculteurs encore présents. «C'est partie remise, on va lever le camp. La manif est terminée», a-t-il ajouté.

 

«On ne va pas capituler, on ne lâchera pas»

 

Philippe Jéhan a justifié ce choix par la décision du tribunal rendue vendredi en soirée et contraignant les manifestants à libérer au moins un des accès du site industriel sous peine d'une astreinte financière. «On préfère lever le camp car on a une astreinte rue Arago. Vous auriez vu les camions partir. Si on les bloquait, c'était 5.000 euros de l'heure», a-t-il expliqué. 

 

«La stratégie, on la rebâtit demain. On ne va pas capituler, on ne lâchera pas», a déclaré pour sa part Christiane Lambert, première vice-présidente de la FNSEA, face aux manifestants. «On va identifier les points sur la carte et on va aller devant chaque site Lactalis, entre autres comme actions, pour continuer et réussir», a-t-elle ajouté. «Comme tu le dis Philippe (Jéhan), Xavier Beulin (président de la FNSEA, ndlr) est le capitaine le plus armé pour identifier les solutions. On va tout mettre en oeuvre, avec les JA (Jeunes Agriculteurs, ndlr), sur cette voie-là», a-t-elle ajouté.

 

Christiane Lambert a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Cambio17 il y a 6 mois

    45% du budget européen va à l'agriculture qui représente 4 à 5% des travailleurs en Europe... Qu'ils fassent du Bio !

  • Cedrik88 il y a 6 mois

    @neutro : Pfff! Je maintiens ! Savez-vous que le critères N° de la PAC dans le TFUE est la "productivité". Relisez l'article! Alors s'adapter pour faire face à la concurrence, le débat est clair: ce sont des fermes de 1000, 2000, voire 10 000 vaches comme celles qui s'installe aux pays basque. Ce la signifie de facto la fin des paysans, qui vont donc passer de 500 000 à qq miliiers. Puisque c'est ce vous voulez, en tant qu'Européïste, ayez le courage de le dire !

  • neutro il y a 6 mois

    Le système européen des quotas et des subventions n'était prévu que pour donner le temps aux producteurs nationaux de s'organiser pour pouvoir faire face à la concurrence, pourquoi n'a-t-on rien mis en place pour obtenir ce résultat? Pourquoi des pays "civilisés" s'en sortent-ils mieux que nous? Qu'on fait nos politiques d'intelligent dans ce domaine? Voilà les questions que nous devrions nous poser au lieu de rejeter les problèmes sur l'Europe et les méchants industriels...

  • neutro il y a 6 mois

    @cedrik88: vous voulez que l'on revienne au bon temps des quotas laitiers et aux subventions européennes? C'était pourtant une règlementation européenne, alors il faudrait savoir, oui ou non à l'Europe?

  • jmlhomme il y a 6 mois

    Encore une sensure....

  • Cedrik88 il y a 6 mois

    Faux débat, il ne peut y avoir d'accord! Le TFUE et l'article 63 entres autres stipule que les restrictions sur les transferts de marchandises et de capitaux sont interdits. Donc Lactalis peut acheter son lait n’importe où, et piétiner les paysans Français en toute légalité. C'est consécutif à la validation dans notre dos (Non au référendum de 2005) du traité de Lisbonne par nos politicards. La solution, c'est comme la GB : sortir de ce binz qu'est l'UE !

  • neutro il y a 6 mois

    C'est quand même bizarre, je ne crois pas avoir vu récemment ou avant, une décision de justice semblable concernant les blocages des raffineries et autres activités c'est gétistes....

  • M2475850 il y a 6 mois

    Il y a 70 ans Nous nous sommes fait des amis sincère Car il y avais PENURIE en ville on crevait de faim Aulourd'hui on se fait des ennemis parcequ' on a trop produit VA SAVOIR !!! DONC vive la crise ?rassurez vous ELLE ARRIVE

  • KimJongI il y a 6 mois

    le monde merveilleux de l'economie subventionnée où le producteur decide lui même de quoi produire, en quelle quantité et qui doit lui acheter et a quel prix. chaque agri nous coute surement aussi cher que plusieurs rsaistes mais chut, ne les traitons pas d'assistés, fermons la et payons.

  • charleau il y a 6 mois

    c'est a nous consommateur d'aider les agriculteurs !! peut etre par un boycot des produits lactalis .................?????