Crise du FN : Jean-Marie Le Pen «nous emmerde», lance Gilbert Collard

le , mis à jour à 13:27
7
Crise du FN : Jean-Marie Le Pen «nous emmerde», lance Gilbert Collard
Crise du FN : Jean-Marie Le Pen «nous emmerde», lance Gilbert Collard

Jean-Marie Le Pen «nous emmerde». La phrase a été lâchée ce jeudi matin par le député (RBM) Gilbert Collard, à quelques heures de la convocation devant le bureau exécutif du Front National du très contesté président d'honneur. L'instance, qui se réunit à 14 heures en formation disciplinaire, pourrait décider de l'exclusion de l'eurodéputé frontiste. La présidente, Marine Le Pen, et son vice-président Florian Philippot ont d'ores et déjà confirmé leur absence afin de contrer les accusations d'impartialité du patriarche. Mais Jean-Marie Le Pen n'a semble-t-il pas dit son dernier mot (cf. encadré).

QUESTION DU JOUR. Le Front national a-t-il intérêt à exclure définitivement Jean-Marie Le Pen ?

Le président d'honneur du FN reste une figure «au milieu de ce plat de nouilles des gens qui nous gouvernent», a rapidement tempéré Gilbert Collard sur France 2. Le député du Gard a assuré que, s'il avait siégé au bureau exécutif, il aurait «pris une mesure intermédiaire» dès lors que le co-fondateur du parti aurait «fait un pas vers le regret». En revanche, «s'il maintient ses propos, il doit être sanctionné pour les propos qu'il a tenus, un point c'est tout !» a-t-il tranché.

VIDEO. Si Jean-Marie Le Pen maintient ses propos inacceptables, «on l'enterre à Nanterre»

«Je pense que tout est possible venant de lui parce que c'est un jusqu'au-boutiste, et c'est l'aspect qui personnellement me plaît chez lui (...), mais là il est en train de faire du mal au pays qu'il aime», a poursuivi le député du Gard, pour qui le Front national est le seul «à pouvoir apporter des solutions aux problèmes qui étranglent la France aujourd'hui». Gilbert Collard s'est également dit convaincu que Jean-Marie Le Pen voterait pour sa fille à la présidentielle de 2017.

Interrogé au passage sur sa propre adhésion au FN, le député RBM a indiqué qu'il «ne demandait pas mieux» mais que Marine le Pen lui demandait de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1084720 le jeudi 20 aout 2015 à 15:15

    FRK987, votre remarque est fondée; je vous ferai seulement remarquer qu'ils sont nombreux dans les grands partis (PS, REP etc...) à rester bien au chaud dans la maison mère tout en exprimant leurs divergences...au cas où...

  • charleco le jeudi 20 aout 2015 à 13:39

    Ils n'avaient qu'à créer un autre parti et laisser le vétéran avec ses amis. Là ils sont tous ridicules.

  • M3435004 le jeudi 20 aout 2015 à 12:31

    La vérité du new-FN apparaît, peu à peu....c'est assez minable. On savait déjà que pour l'économie c'était nul. Que restera-t-il ? Pas grand chose.

  • M3435004 le jeudi 20 aout 2015 à 12:28

    Comment ? La censure de Boursorama ne filtre pas les propos de cet article !

  • jyth01 le jeudi 20 aout 2015 à 11:53

    Il a au moins conscience qu'en tant que petit artisan, il ne pouvait faire du FN une Grande Entreprise. Quand aux générations suivantes du maître artisan, qui veulent reprendre l'atelier, elle pourront en faire à la rigueur une TPME

  • dotcom1 le jeudi 20 aout 2015 à 11:46

    Ils préfèrent se déchirer sur l'héritage d'un vivant que de s'occuper des attentes des Français.

  • frk987 le jeudi 20 aout 2015 à 11:19

    Qu'ils montent leur propre parti distinct du FN, trop compliqué ??......ah certes faire 10% aux élections ce sera une belle claque.