Crise des migrants : selon Philippot, il faut «régler le problème de la Libye»

le
0
Crise des migrants : selon Philippot, il faut «régler le problème de la Libye»
Crise des migrants : selon Philippot, il faut «régler le problème de la Libye»

Après la macabre découverte par les autorités autrichiennes de plus de 70 corps de migrants dans un camion, les politiques, à droite comme à gauche, y vont de leurs bons mots pour trouver une solution à cette crise humanitaire.

Invité de Sud Radio ce vendredi, Florian Philippot a estimé que pour régler le «problème de l’immigration» en Europe, il faut «régler le problème de la Libye». Pour le vice-président du Front National, Nicolas Sarkozy a «déstabilisé» la Libye en y intervenant en 2011. Le responsable frontiste préconise une nouvelle intervention, mais cette fois-ci par «des puissances régionales comme l’Egypte». Il faut «recréer un état libyen et arrêter cette immigration massive».

Florian Philippot avait auparavant jugé que les pays européens étaient «submergés par l'immigration» et que, face à cette situation, il fallait «changer radicalement de politique». «Ne comptons pas sur l'UE pour le faire, l'UE est pour l'immigration, (Jean-Claude) Juncker (président de la Commission européenne) vient de le redire», a critiqué l'eurodéputé.

Tout en proposant que l'Arabie saoudite et le Qatar accueillent «leur dose de demandeurs d'asile», Florian Philippot a aussi dit souhaiter la prise de «mesures réelles en France : le retour des frontières nationales. Schengen est une catastrophe, il faut en sortir, c'est une passoire.»

Un référendum pour le retour des frontières ?

Et de préconiser : «Il faut supprimer tout ce qui incite à venir ici, par exemple l'Aide médicale d'Etat, réservée aux clandestins (...) qu'il faut abroger. Le statut de réfugié, ça on n'en parle pas. Aujourd'hui, quand vous êtes réfugié, demandeur d'asile en France, vous avez droit au logement gratuit. Il faut abroger tout cela». Le dirigeant d’extrême droite a également demandé l’expulsion des clandestins présents en France.

Dans la même lignée, le député souverainiste de l'Essonne, Nicolas ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant