Crise des migrants : l'UE s'apprête à fermer la route des Balkans

le , mis à jour à 11:00
0
Crise des migrants : l'UE s'apprête à fermer la route des Balkans
Crise des migrants : l'UE s'apprête à fermer la route des Balkans

Une ligne dure pour ressouder l'Europe. Alors qu'au moins 25 migrants, dont 10 enfants, ont péri dimanche dans un naufrage au large de la Turquie, l'Union européenne veut fermer « définitivement » la « route des Balkans ». Ce lundi après-midi, lors d'un sommet extraordinaire, les vingt-huit chefs d’État et de gouvernement des membres de l'UE se retrouvent à Bruxelles avec un hôte de poids à la table, la Turquie, dont ils veulent obtenir le soutien pour juguler la crise migratoire.

Afin de démontrer que les pays européens sont capables de s'unir, après onze mois de désaccords et d'initiatives contraires, de fermeture de frontières ici ou là, le projet de déclaration finale du sommet, rédigée par les ambassadeurs européens, qui a fuité dimanche soir, se veut unanimement implacable. « Le flux des migrants irréguliers le long des Balkans occidentaux arrive à son terme. Cette route est désormais fermée », est-il écrit. L'objectif est de « fermer dans les jours qui viennent la route des Balkans » par laquelle des migrants rallient l'Allemagne et la Scandinavie, a confirmé un diplomate européen.

Ce nouveau sommet survient dans un climat de frictions récurrentes entre l'UE et la Turquie, candidate de longue date à l'adhésion, les Européens s'inquiétant de la répression contre les médias opposés au président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan. Avant de quitter Istanbul, Ahmet Davutoglu a affirmé que son pays avait fait des « pas importants » pour respecter sa part du « plan d'action » conclu en novembre avec l'UE afin de stopper les migrants quittant par milliers la côte anatolienne pour les îles grecques.

En novembre dernier, la Turquie avait paraphé un accord avec l'UE, s'engageant à freiner la vague des réfugiés en échange d'une aide de 3 milliards d'euros et d'une accélération de l'examen de son éventuelle adhésion à l'Union. Mais le flot ne s'est pas tari.

Le plan qu'envisage ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant