Crise des éleveurs : où sont les barrages?

le , mis à jour à 20:48
24
Crise des éleveurs : où sont les barrages?
Crise des éleveurs : où sont les barrages?

Les barrages installés par des éleveurs autour de Caen depuis lundi matin ont commencé à être levés mercredi après l'annonce d'un plan d'urgence du gouvernement, mais d'autres agriculteurs menacent de poursuivre le mouvement ou de s'y engager, notamment à Lyon et Clermont-Ferrand. La situation était également critique mercredi soir sur le pont de l'île d'Oléron (Charente-Maritime).

Notre question du jour : comprenez-vous la colère des éleveurs ?

- NORMANDIE

Les barrages disparaissent progressivement sur le périphérique de Caen, épicentre de la contestation, après un appel des dirigeants agricoles à suspendre le mouvement quelques heures après l'annonce par le gouvernement d'un plan d'aide de 600 millions d'euros. Le réseau reste toutefois perturbé, le temps de remettre la voirie en état, selon le bulletin d'information routière de la Zone de défense et de sécurité Ouest. En Haute-Normandie, le pont de Tancarville, l'un des trois grands ponts suspendus permettant de traverser la Seine entre Rouen et l'estuaire, reste bloqué tandis que les barrages sont devenus filtrants aux ponts de Normandie et de Brotonne.

«Nos collègues du Calvados ont commencé leur mouvement dimanche soir, nous n'avons démarré qu'hier matin, on peut encore tenir», a déclaré à l'AFP Stéphane Donckelé, vice-président de la FNSEA de Seine-Maritime. «Le mot d'ordre est d'aller renforcer les barrages des ponts», a ajouté M. Donckelé. Au Mont Saint-Michel, les barrages sont également devenus filtrants sur les deux voies d'accès à ce grand site touristique, l'un des plus visités du pays.

(function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js#xfbml=1&version=v2.3"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);}(document, 'script', 'facebook-jssdk'));#LeHavre #LiA Trafic tram interrompu entre Gares et Plage ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • eliranex le mercredi 22 juil 2015 à 22:06

    tracteurs FENDT correspondent à AUDItracteurs JOHNDEERE à MERCEDESOUBMWTracteurs CLASS à DACIA

  • M107412 le mercredi 22 juil 2015 à 12:01

    Les tracteurs class sont fabriqués en france .18000 sortent chaque année de l'usine du mans. Le solde export du machinisme agricole francais est positif.

  • pier4564 le mercredi 22 juil 2015 à 11:41

    stop barrages! citoyens otages!baisse des charges et normes!

  • gl060670 le mercredi 22 juil 2015 à 11:32

    tu devrais partir en vacance, cela va faire des heureux !!

  • DADA40 le mercredi 22 juil 2015 à 11:24

    La grande distribution crée le chômage en France. Pour quelques centimes, ile préfèrent acheter à l'étranger plutôt que de faire des contrats à moyen terme. Mais , ensuite nous payons tous plus de charges sociales qui sont plus élevées que les économies faites sur nos achats. Quand comprendra-t-on en France qu'il faut privilégier les circuits courts ?

  • M9674379 le mercredi 22 juil 2015 à 11:24

    Achetez Français OK, mais que ces messieurs achètent des tracteurs Français. Dans les barrages il y a plus de John Deere et Massey Fergusson que de Renault.Il faut toujours montrer l' exemple.

  • M107412 le mercredi 22 juil 2015 à 11:22

    Les 4*4 et les gros engins ainsi que les grosses subventions sont plus petites que les âneries dites dans certains commentaires

  • M107412 le mercredi 22 juil 2015 à 11:19

    ccoudra ne raisonne pas . C'est une impulsion. La surproduction est temporaire due à des événements politiques et une distorsion de concurrence. L'investissement en agriculture c'est 300.000 à 400.000€ par unité de travail. Si alstom n'avait pas été aidé ainsi que renault en 2008 il n'y aurait plus de renault et pas d'alstom.

  • M8067578 le mercredi 22 juil 2015 à 11:17

    Dire qu'en 1945, on leur a offert (gratos) des parts des grandes coopératives qui ont fini par devenir les grandes sociétés de transformation et ils ont fini par vendre les parts pour acheter toujours plus de terres pour avoir toujours plus d'aides. Aides qui ne sont manifestement jamais prises en compte pour le calcul de leur rentabilité donc de leur revenu. Au lieu d'acheter des gros 4X4 et des gros engins agricoles, pourquoi ne pas faire des produits de qualité distribués en circuit court?

  • M107412 le mercredi 22 juil 2015 à 11:17

    ccoudra ne raisonne pas . C'est une impulsion. La surproduction est temporaire due à des événements politiques et une distorsion de concurrence. L'investissement en agriculture c'est 300.000 à 400.000€ par unité de travail. Si alstom n'avait pas été aidé ainsi que renault en 2008 il n'y aurait plus de renault et pas d'alstom.