Crise des éleveurs : ce que contient le plan d'urgence du gouvernement

le , mis à jour à 17:41
6
Crise des éleveurs : ce que contient le plan d'urgence du gouvernement
Crise des éleveurs : ce que contient le plan d'urgence du gouvernement

François Hollande sort le carnet de chèques. Confronté à la multiplication des blocages des éleveurs et producteurs de lait, le chef de l'Etat veut éteindre l'incendie. Ce matin, au Conseil des ministres, un plan d'urgence d'une vingtaine de mesures est présenté. Enième arrosage à coups de millions d'euros ou vraie restructuration de filières confrontées à la baisse des prix et à la compétition européenne ? Sous pression, le gouvernement tente de jouer sur les deux tableaux.

A court terme, les exploitations les plus fragiles devraient bénéficier de délais pour payer leurs cotisations et leurs impôts. Autre mesure envisagée, le rééchelonnement des dettes agricoles qui, selon la puissante Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), atteignent le milliard d'euros. « Nous demandons au moins une année blanche, un moratoire sur les dettes d'un an ou deux », plaide Jean-Pierre Fleury, président de la Fédération nationale bovine.

Notre question du jour : comprenez-vous la colère des éleveurs ?

Mais, de la baie du Mont-Saint-Michel (Manche) à la grotte de Lascaux 2 (Dordogne), toujours bloquées, les éleveurs préviennent : « Nous voulons vivre de nos revenus. » Et pas seulement des subsides publics. Le gouvernement travaille donc sur plusieurs mesures de long terme.

En écho au « Consommons français » de François Hollande, un effort supplémentaire de valorisation des labels français devrait être fourni (un logo Viandes de France sera apposé sur les produits dès le mois d'août). C'est le « rêve » caché du gouvernement : fini le bœuf polonais, du charolais et du veau corrézien dans les cantines ! « Et c'est pareil pour l'Elysée... » a ironisé le président devant ses proches collaborateurs.

Des aides pour alléger la facture énergétique pourraient aussi être annoncées. Car les éleveurs, eux, ont les yeux rivés sur les prix, le nerf de la guerre. Mardi, sorti ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • MIKE3000 le mercredi 22 juil 2015 à 11:48

    Ce qu'il devrait contenir: réduction des charges,suppression de l'AME, CMU, suppression des subventions aus assos, suppression du Sénat, 450 députés de moins, 500000 fonctionnaires en moins, alignement de toutes les retraites ( cotisations / calcul ) suppression des retraites pour ceux qui n'ont jamais travaillés en France, interdiction des "petits fours et apéros" dans toutes les instances de la république, Frais des politiques remboursés sur justificatif.

  • gache1 le mercredi 22 juil 2015 à 10:49

    Incapable d'anticiper cette crise qui couve depuis des années, le Père Dodu espère régler le problème avec des solutions d'urgence. Il ne sait faire que de la politique de l'émotion totalement inefficace. Une fois de plus il achète du temps en attendant que ça passe... Il faudra qu'il nous explique à quoi ça sert d'avoir un Ministre de l'Agriculture s'il doit "s'occuper" de tout.

  • JOG58 le mercredi 22 juil 2015 à 10:43

    IL NE SAIT que sortir le chéquier puisque c'est un pauvre type sans idée, sans competence, Commepour la Grece, ne sait rien faire d'intelligent, que du bla bla dont tout le monde se moque

  • chmey671 le mercredi 22 juil 2015 à 10:36

    Il sort le chéquier et au final ce sont nos impôts qu'il utilise !Encore une fois la solution de facilité plutôt que de regarder le VRAI problème du côté de Bruxelles et du dumping social que font certains pays (dont l'Allemagne) ..mais là ca demanderait du courage qu'il n'a pas ni aucun parmi le gouvernement.

  • winloto le mercredi 22 juil 2015 à 10:35

    Plan d'urgence du gouvernement : avant que les agriculteurs ne manifestent il n'y avait pas d'urgence, faut-il penser que l'urgence évoquée est une urgence à agir de la part du gouvernement avant de se faire taper sur les doigts ?

  • t_n_t le mercredi 22 juil 2015 à 10:32

    S'ils veulent vivre de leurs revenus sans les aides publiques il leur reste a changer de metier