Crise des éleveurs : à qui la faute ?

le , mis à jour le
10
Selon le président de la Fédération nationale bovine, le coût d'achat moyen de la carcasse est de 3,70 euros le kilo pour un coût de production de 4,50 euros le kilo.
Selon le président de la Fédération nationale bovine, le coût d'achat moyen de la carcasse est de 3,70 euros le kilo pour un coût de production de 4,50 euros le kilo.

Les éleveurs ont annoncé jeudi la levée de plusieurs barrages alors que le mouvement de protestation se propage. Les producteurs de la filière bovine, qui s'élèvent contre la baisse des prix de vente de leur production et réclament le respect d'un accord sur les prix passé le 17 juin, ont été rejoints dans leurs revendications par les éleveurs de porcs et de vaches laitières. La semaine dernière, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, estimait que 10 % des élevages seraient en difficulté financière.

L'accord signé le 17 juin dernier prévoyait pourtant que la grande distribution et les industriels de la filière bovine paient 5 centimes de plus par kilo de carcasse acheté, et que les prix soient augmentés de ce même montant toutes les semaines jusqu'à ce que le prix d'achat aux éleveurs couvre les coûts de production. Selon le président de la Fédération nationale bovine, le coût d'achat moyen de la carcasse est actuellement de 3,70 euros le kilo pour un coût de production de 4,50 euros le kilo.

Philippe Chalmin, président de l'Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, qui dépend de FranceAgriMer, note que « l'accord du 17 juin est un accord informel. [?] Le problème est structurel et, malheureusement, il n'y a pas grand-chose à faire si ce n'est assouplir les contraintes environnementales et administratives des éleveurs et augmenter les aides ». Devant la grogne des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspil le vendredi 24 juil 2015 à 13:30

    les allemands font bosser les polonais ... ca va etre dur de faire bosser les salariés francais de l'agro pour moins que le smic ...

  • ausy le vendredi 24 juil 2015 à 13:12

    Chez les paysans, les meilleurs s'en sortiront. Ils sauront voir les tendances, auront de vraies capacités de gestion. Certains (dans ma famille) regardent la puissance comparée du tracteur avec celle du voisin...mais regarder un compte d'exploitation, c'est évidemment plus austère à observer. Idem avec le volume de dettes contractées. Tant que la PAC inondait les campagnes de subventions, à quoi bon s'emm.erder avec une règle de trois et des taux d'intérêts à renégocier.

  • M8404021 le vendredi 24 juil 2015 à 13:06

    On nationalise, chaque citoyen est prélevé de 20 euros/moi et recoit sont panier de produits agricoles locaux.

  • M8404021 le vendredi 24 juil 2015 à 13:04

    L'etat soutient l'immobilier, l'etat soutient la recherche et l'inovation, l'etat soutien la construction, l'etat soutient agriculture. Pourquoi on nationalise pas directement? C'est quoi ces demie-mesures à 2 balles?

  • M3811495 le vendredi 24 juil 2015 à 12:59

    mim69005, pour le secteur laitier, je peux vous garantir que chaque année 3 à 5 % des producteurs de lait arrêtent l'activité laitière.... - 30 à 50 % en 10 ans... si çà ce n'est pas une restructuration...

  • mim69005 le vendredi 24 juil 2015 à 12:51

    Il faudra bien un jour que la Profession (éleveurs, agriculteurs, producteurs de lait, ...) se restructure et se réforme !!! Les viticulteurs l'ont fait dans le passé et dans la douleur (certes) mais l'action sur les volumes et la qualité a payée... le nombre de viticulteurs a aussi baissé... Il devient urgent que les autres branches de l'agriculture française se posent les bonnes questions et se réforment !!!

  • d.e.s.t. le jeudi 23 juil 2015 à 22:59

    A une économie centrée sur le maintien d'un million de fonctionnaires inutiles (comparé à nos voisins performants Allemagne et UK) qui coûtent un gaspillage ahurissant de 60 milliards d'euros par an! Comment voulez-vous qu'une pareille économie fonctionne autrement qu'en écrasant les citoyens sous les impôts et les taxes? IMPOSSIBLE! La cause est simple, la réponse politique, mais les fonctionnaires sont les seuls et derniers électeurs de l'ECTOPLASME élyséen, seule sa disparition donnera un esp

  • M9244933 le jeudi 23 juil 2015 à 21:19

    Dépenses publiques France 57 % du PIB, Allemagne (par exemple) 44 %. L'écart est monstrueux. Si toute la chaîne des acteurs de la filière, comme toute notre économie, n'étaient pas écrasés par le poids d'un état hypertrophié en coût et en complication, ils retrouveraient des marges automatiquement. Comme dans les autres pays.

  • bearnhar le jeudi 23 juil 2015 à 19:40

    J'aurai tendance à ne pas imputer la faute à ceux qui touchent le moins dans la filière, je sais pas pourquoi. En plus on ne leur paie pas le 5ème quartier (cuir, abats, tete, pattes, queue), mais on le revend bien, voir le prix du foie de veau sur lequel l'éleveur ne touche rien, pourtant il a bien nourrit la bete pour le produire.

  • 82554976 le jeudi 23 juil 2015 à 19:30

    Au gouvernement qui n'a pas envisagé les conséquences d'un embargo avec la Russie !!