Crise des complémentaires : le Medef veut repousser la retraite à 67 ans

le , mis à jour à 01:37
43
Crise des complémentaires : le Medef veut repousser la retraite à 67 ans
Crise des complémentaires : le Medef veut repousser la retraite à 67 ans

La petite bombe a été lachée avant le week-end de la Pentecôte. Le patronat a bouclé ses nouvelles propositions pour sauver les régimes de retraite complémentaire Agirc-Arrco et elles ne sont pas moins audacieuses ou provocantes, selon le point de vue, que les dernières. L'échéance approche. Une séance de négociation avec les syndicats est prévue mercredi. Au menu du plan d'action patronal : décote sur les pensions pour les départs avant 67 ans, réversions plus tardives et fin de la caisse des cadres…

Révélée vendredi par le quotidien «L'Opinion», cette liste de mesures drastiques pour renflouer les caisses formulées par le Medef, la CGPME et l'UPA devait être transmise dans la journée aux syndicats. L'Agirc (caisse des cadres) et l'Arrco (celle de tous les salariés du privé) sont en graves difficultés financières. Face aux menaces qui pèsent sur le régime des retraites complémentaires, les partenaires sociaux disposent de trois leviers d'action pour empêcher l'épuisement des réserves de l'Agirc, prévu pour 2018, et celle de l'Arrco d'ici à 2027 : l'âge de départ à la retraite, les cotisations et les pensions.

Les organisations patronales prévoient des mesures d'urgence qui visent 2,3 Mds€ d'économies annuelles dès 2017, 8,3 Mds€ en 2020, 12,1 Mds€ en 2030 et 17 Mds€ en 2040. L'objectif du traitement de choc préconisé désormais par le patronat ? «Ramener à zéro dès 2020 le différentiel entre cotisations encaissées et pensions versées, puis tenir cet équilibre», souligne «L'Opinion».

• Des coupes sévères pour ceux qui partent avant 67 ans. Première solution proposée, les salariés seraient plus que jamais incités à prendre leur retraite à 67 ans. Ceux qui liquideraient leur retraite avant subiraient des abattements dégressifs. Pour un départ à la retraite à 62 ans par exemple, la décote subie serait ainsi de 40% pour commencer, puis de 30% à 63 ans, 18% à 64 ans, de 2% à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le samedi 23 mai 2015 à 22:32

    Cette affaire va remuer les foules, je vous prédis que FH et sa clique vont dégager avant 2017. 10 millions de salariés sont concernés et 10 millions de retraités...ça commence à faire du monde pour lutter contre les fonctionnaires et leurs statuts scandaleux aux frais des contribuables.

  • maxpit le samedi 23 mai 2015 à 21:49

    Salariés reveillez vous car sinon c est pas près de s arrêter !Vu le poids électoral de baby boomers qui veulent rien lâcher alors que le système est en faillite cela ne pourra se jouer que dans la rue comme nos anciens ont d ailleurs si bien su le faire!

  • maxpit le samedi 23 mai 2015 à 21:48

    Mitterrand a mis la premier couche avec la retraite à 60 ans qui a créé de très heureux jeunes retraites qui avaient par ailleurs bénéficié du plein emploi des trentes glorieuses Sarko en a mis plein la geules aux salariés avec la retraite a 62 ans et surtout l allongement de la durée de cotisation avec la décote et cerise sur le gâteau en siphonnant le fond de réserve des retraites mis en place pour prévenir la faillite du système apres 2020 ! Ça fait pas un peu beaucoup!

  • maxpit le samedi 23 mai 2015 à 21:47

    C est la chaine de ponzi qui se concrétise encore un peu plus à travers ces propositions Recul de l age de la retraite Augmentation du nombre d'années pour le taux plein (43 ans contre 37.5 il y a quelques années ) décote de 5% par annee manquante Je vous dis pas ce que cela signifie pour ceux qui n arriverons pas a travailler leurs 43 ans et pourtant avec la crise actuelle ils vont être nombreux! Et maintenant la decote sur les complémentaires ! C est ça la justice entre les génération?

  • sarestal le samedi 23 mai 2015 à 21:00

    Hors Agirc et Arrco le plus rigolo est qu'en 2015 à la RATP, on continue de partir à la retraite à "50 ans".Mais sachez que cela ne gêne personne malgré que les contribuables larguent chaque année 4 milliards d'euros aux régimes RATP SNCF.Alors les médias, on continue le lavage de cervelle ou on commence à s'intéresser aux abus ?

  • remimar3 le samedi 23 mai 2015 à 19:48

    Et quand on aura des robots qui vont remplacer les hommes un peu partout, on prendra l'argent sur quelles cotisations ? Celles des robots ? Et là ce ne sera pas la retraite à 67 ans, ce sera la retraite à 25 ans mais avec zéro pension (ou au mieux un RMI) vu que quasiment plus personne n'aura un emploi.

  • ceriz le samedi 23 mai 2015 à 18:55

    les élus s'occupent d'eux ! de leurs avantages ! : ils vivent comme des monarques le reste c pas leur problème : -)))))))tant que le peuple dit rien.........

  • frk987 le samedi 23 mai 2015 à 18:12

    Croissance zéro, automatisation, mondialisation...et nous les franchouillards avec notre retraite par répartition, encore une exception mondiale, c'est PITOYABLE d'être gouverné depuis ..... années par des .... absolus élus par des électeurs complétement déments.

  • frk987 le samedi 23 mai 2015 à 18:09

    A part les politicards qui assurent leur retraite en TROIS mois et à VIE en étant ministre, donc ces gens là n'en n'ont strictement rien à fiche, qui pouvait croire un seul instant que la croissance serait infinie comme l'emploi ??????????????

  • frk987 le samedi 23 mai 2015 à 18:05

    Suite : la retraite par répartition c'est la définition même d'une pyramide de Ponzi ou d'un système à la Madoff, ça peut durer un certain temps mais ça ne peut pas perdurer bien longtemps. On est au bout, faut bien se le dire.