Crise de nerf sur les ETF obligataires: un choc majeur pour la Bourse ?

le , mis à jour le
2
Evolution aux Etats-Unis de l'écart de rendement entre le high yield et le bon du Trésor américain (©UBS)
Evolution aux Etats-Unis de l'écart de rendement entre le high yield et le bon du Trésor américain (©UBS)

Selon une information publiée le 14 octobre par l’agence Reuters, plusieurs grands émetteurs américains d’ETF (trackers), dont First Trust, Guggenheim Investments et Vanguard Group, ont augmenté leurs lignes de crédit auprès des banques pour faire face à d’éventuelles sorties massives de fonds cotés investis sur des obligations privées réputées peu liquides.

Le compartiment de la dette américaine à « haut rendement » (high yield) suscite le plus d’inquiétudes aujourd’hui, avec un écart de rémunération (spread) sur le bon du Trésor qui dépasse 650 points et atteint même 1.100 points dans le secteur de l’énergie.

Tangi Le Liboux chez Aurel BGC souligne la dimension devenue systémique des ETF, alors que des dysfonctionnements voient le jour.

Ainsi, le 24 août dernier, en pleine panique boursière, l’ETF Guggenheim SP 500 Equal Weight, calculé par équipondération des valeurs du SP 500, s’est brutalement effondré, perdant près d’un tiers de sa valeur en moins d’un quart d’heure, alors que la baisse de l’indice sous-jacent était limitée à quelques pourcents. A la clôture, face à l’afflux des ordres de vente, le fonds d’un encours proche de 10 milliards de dollars décrochait à nouveau mais dans une moindre ampleur, pour retrouver à la clôture un cours proche de son actif net.

Ce fonds a

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • e.leliev le lundi 19 oct 2015 à 08:35

    ça se bouscule au portillon !!

  • b.renie le dimanche 18 oct 2015 à 11:19

    Encore un comportement financier hors contrôle qui met à risques les équilibres d'un pan entier de la finance mondiale. Quand va-t-on comprendre que tous les produite dérivés sont des produits à haut risque dont il convient de mettre l'usage sous contrôle strict des banques centrales. Faudra-t-il un colapse général ?