« Crise constitutionnelle » en Ecosse, largement favorable au maintien dans l'UE

le
0
Décompte des votes du référendum sur le Brexit, à Glasgow, le 23 juin 2016
Décompte des votes du référendum sur le Brexit, à Glasgow, le 23 juin 2016

L’Ecosse a voté largement en faveur du maintien dans l’Union européenné à 62 %. Un résultat qui pourrait reposer la question de son indépendance.

Le scénario annoncé par les nationalistes écossais s’est réalisé. L’Ecosse a voté largement en faveur du maintien dans l’Union européenné à 62 %, mais « sera tirée en dehors de l’Union européenne par l’Angleterre ». L’ensemble des 32 circonscriptions de la région a choisi le « in », mais les 1,7 millions d’électeurs de la région favorables à l’UE n’ont pas suffi a contrebalancer le vote de l’Angleterre. Ce résultat ouvre une « crise constitutionnelle », a prévenu dans la nuit le chef de file du parti national écossais (SNP)à Westminster, Angus Robertson. La premier ministre de l’Ecosse, Nicola Sturgeon, a prévenu vendredi que l’Ecosse voyait « son avenir au sein de l’Union européenne ».

Dans son programme le SNP, qui reste ultra-majoritaire dans la région même s’il a perdu sa majorité absolue au Parlement ecossais lors des élections régionales début mai, assure qu’il devrait avoir le droit d’organiser un nouveau référendum d’indepéndance « s’il y a un changement significatif par rapport aux circonstances de 2014, telle qu’une Ecosse tirée en dehors de l’Union européenne contre sa volonté ». A l’époque, 55,3 % des Ecossais s’étaient opposés à l’indépendance. Un des principaux arguments des opposants à l’indépendance était justement qu’une sortie du Royaume-Uni aurait automatiquement entraîné une sortie de l’UE. « Je pense que beaucoup de gens qui avaient voté ’non’ vont regarder de très près la situtation », a expliqué une députée SNP sur la BBC.

L’ancien leader du parti, ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant