Crise au FN : Marine Le Pen juge qu'«il n'y avait pas d'autre solution»

le , mis à jour à 14:06
6
Crise au FN : Marine Le Pen juge qu'«il n'y avait pas d'autre solution»
Crise au FN : Marine Le Pen juge qu'«il n'y avait pas d'autre solution»

«Suspendu de son statut d'adhérent» du Front national (FN). Jean-Marie Le Pen, président d'honneur et fondateur du FN, a fait face lundi à l'opposition du bureau exécutif de son parti. Une assemblée générale extraordinaire doit se prononcer «dans les trois mois» sur la fonction de président d'honneur. En retour, Jean-Marie Le Pen dit avoir «honte que la présidente du FN porte mon nom» et ne souhaite pas, «pour l'instant», sa victoire à l'élection présidentielle de 2017. Ces tensions au sein du Front national suscitent de nombreuses réactions.

Marine Le Pen, présidente du FN, dénonce l'«outrance» des propos de son père. «Cette outrance montre qu'il n'y avait pas d'autre solution» que la suspension du FN, déclare-t-elle ce mardi sur Europe 1. Dénonçant la «violence» et la «dérive» de Jean-Marie Le Pen, elle fait aussi part de sa surprise : «Je crois que personne ne peut s'attendre à ça.»

Florian Philippot, vice-président du FN, juge, sur RFI, «que les adhérents, les sympathisants, les électeurs étaient extrêmement lassés de ces provocations permanentes (NDLR : de Jean-Marie Le Pen), ces propos très éloignés de la ligne du FN, ligne validée par les adhérents».

La réaction de Jean-Marie Le Pen est «indigne. (...) Ça devient totalement invraisemblable et je pense que nous avons bien fait», a jugé, ce mardi matin sur BFMTV, le trésorier du parti, Wallerand de Saint Just. Selon le membre du bureau exécutif du mouvement qui a décidé de la sanction, «la démocratie interne a parfaitement fonctionné» au FN. Marine Le Pen est «maintenant débarrassée de certaines entraves», ajoute-t-il.

Bruno Gollnisch (FN) se dit, quant à lui, sur RMC, «attristé et stupéfait par la tournure que prennent les événements. Il suffisait de préciser que le président n'engageait pas l'ensemble du mouvement». Et de s'interroger : «Je lis, j'entends dire que les comportements de Jean-Marie Le Pen, ses propos ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • murashig le mardi 5 mai 2015 à 14:58

    Avec un peu de recul... les sorties de JMLP font sens...rien n est du au hasard ou un manque de controle... Papi n a jamais voulu exercer le pouvoir... le systeme en place ne s y est jamais trompe... c est un theatre d ombre, une sorte de farce... souvenons nous la fois ou en tete des intentions de votes en PACA il agresse la candidate opposante...et perd l election ... meme scenario il ne veut pas que sa fille puisse reellement menacer le systeme !!!

  • M1084720 le mardi 5 mai 2015 à 14:34

    bel06, je ne pense pas la même chose que vous, la montée du fn n'est que le résultat de l'incompétence et la lâcheté des politiques associés au pouvoir depuis plus de 30 ans, l'extrême-droite (la vraie) de Tixier-Vignancourt évoluait entre 0.5 et 1.5%, le FN de base de JMLP y ajoutait les rapatriés trahis par De Gaulle pour monter à 17/18% quand se sont ajoutés les déçus du Chiraquisme, les autres déçus des sarkosysme et hollandisme ont mis Marine vers 20% - 25%. C'est le max d'un parti seul.

  • M6197799 le mardi 5 mai 2015 à 12:39

    yzonka changer le nom du parti , par exemple "le front républicain' lol

  • jean-648 le mardi 5 mai 2015 à 11:51

    Ou alors rebaptiser le mouvement en JMLP Sarl

  • M1227497 le mardi 5 mai 2015 à 11:43

    Marine aurait intérêt a rebaptiser le parti et laisser le FN a son père

  • M8869453 le mardi 5 mai 2015 à 11:34

    Ce spectacle va éloigner encore plus les Français de la politique !