Crise au FN : le «conflit rude» est «derrière nous», estime Marine Le Pen

le
0
Crise au FN : le «conflit rude» est «derrière nous», estime Marine Le Pen
Crise au FN : le «conflit rude» est «derrière nous», estime Marine Le Pen

La présidente du FN, Marine Le Pen, a estimé ce jeudi sur Radio Classique que le conflit au FN entre elle et son père Jean-Marie Le Pen appartient déjà au passé. «Ce conflit rude est derrière nous», a-t-elle affirmé. Le FN va même «profiter de cette crise passée pour en faire une opportunité», a-t-elle affirmé.

Lundi dernier, le bureau exécutif du FN a «suspendu de son statut d'adhérent» Jean-Marie Le Pen, cofondateur du parti. Et une assemblée générale doit être convoquée prochainement pour, entre autres, supprimer sa fonction de président d'honneur. «La main de la présidente du FN n'a pas tremblé mais ça n'est pas pour cela que nous n'avons pas le cœur lourd, moi mais aussi les adhérents, les militants qui sont entrés en politique avec lui», a-t-elle dit.

Le vieux leader avait dénoncé «une félonie» de la part de sa fille et avait exprimé le souhait que celle-ci lui «rende» son nom. Marine Le Pen a qualifié d'«outranciers» les propos de son père qui lui suggérait de se marier avec le vice-président du FN, Florian Philippot, pour pouvoir changer de nom.

VIDEO. Marine Le Pen interrogée sur Radio Classique

Marine Le Pen, invitée de PPDA (07.05.15) par radioclassique

«Il est tourné vers le passé de manière systématique»

«Je pense que Jean-Marie Le Pen a l'âge qu'il a et c'est vrai qu'on a le sentiment maintenant qu'il est tourné vers le passé de manière systématique», a-t-elle ajouté.

Le conflit a atteint son apogée lorsque Jean-Marie Le Pen a réitéré le 2 avril sur RMC ses propos sur les chambres à gaz nazies, «détail» de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale et après une interview accordée au journal d'extrême-droite «Rivarol» où il se refusait à qualifier le Maréchal Pétain de traître. Autant de propos inacceptables pour la nouvelle direction du FN engagée dans une entreprise de «dédiabolisation».

Interrogée sur un changement de nom du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant