Crise au Brésil après une évasion en Bolivie

le
0
Le chef de la diplomatie brésilienne a été remercié après l'exfiltration spectaculaire d'un sénateur bolivien traqué par La Paz.

Rio de Janeiro

La scène a des allures de mauvais roman d'espionnage. Il est 15 heures, ce vendredi, quand Eduardo Saboia, le chargé d'affaires de l'ambassade du Brésil à La Paz embarque dans sa voiture, escorté par deux militaires. Il a décidé d'organiser, seul, la fuite du sénateur bolivien Roger Pinto, réfugié dans les locaux de la représentation diplomatique brésilienne depuis 455 jours. Élu du parti conservateur Convergence Nationale, ce dernier avait déposé une demande d'asile, se plaignant de «persécutions» politiques de la part du président Evo Morales, dont il accuse plusieurs proches d'être liés à des trafiquants de drogue. Bien que la présidente Dilma Rousseff ait accepté sa requête, le gouvernement bolivien ne lui a jamais remis de sauf-conduit pour se rendre au Brésil, arguant qu'il était condamné pour corr...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant