Crise agricole : Valls appelle à une reprise du dialogue

le , mis à jour à 15:05
4
Crise agricole : Valls appelle à une reprise du dialogue
Crise agricole : Valls appelle à une reprise du dialogue

« Il faut que tous les acteurs jouent le jeu sinon des centaines d'exploitations peuvent disparaître ». Manuel Valls a conscience des difficultés des agriculteurs, faute de prix suffisants pour vivre. Voilà le message qu'il a voulu faire passer en réagissant au blocus de la ville de Caen (Calvados) organisé depuis dimanche soir par des exploitants désespérés. « Des aides nationales d'urgence ont été décidées pour les agriculteurs en difficultés », « les mécanismes mis en place depuis le mois de juin commencent à porter leurs fruits », a fait valoir le Premier ministre en marge d'un déplacement en Arles et à Aix-en-Provence.

Interrogé sur le chantage des manifestants, qui pour stopper leur mouvement attendent que Stéphane Le Foll vienne les voir dans la cité de Guillaume le conquérant, Valls balaie l'exigence en deux phrases : « Le dialogue ne peut pas fonctionner ainsi, la porte du bureau du ministre de l'Agriculture est ouverte en permanence. Là, il s'agit de trouver d'abord des solutions concrètes et précises pour les filières ».

Hervé Morin, lui, appelle à céder : « avec tous les agriculteurs de Normandie, je demande que le ministre de l'Agriculture se déplace et vienne écouter les difficultés de nos éleveurs et cherche avec eux des solutions, avant que la fronde ne devienne révolution », affirme dans un communiqué l'ancien ministre de la Défense, aujourd'hui député (UDI) de l'Eure et candidat de la droite aux prochaines régionales pour toute la Normandie réunifiée. « Caen, comme toute la Normandie, est au cœur de la crise que connaissent nos agriculteurs. Ce n'est plus de la colère qu'ils expriment mais bien de la détresse », défend-il, estimant que « le ministre » n'offre à tous les appels à l'aide « que le silence comme réponse ».

#Agriculteurs - Je demande que le ministre vienne pr chercher des solutions avant que la fronde ne devienne révolution. cc ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le lundi 20 juil 2015 à 16:42

    les prix ne sont pas fixés par l'Etat ! personnellement , je boycotte la iande française pour ne pas payer les taxes hallal et casher. En Allemagne, étourdissement des animaux est obligatoire.

  • BARIL22 le lundi 20 juil 2015 à 15:52

    El Matador semble avoir été battu par El Toro

  • mipolod le lundi 20 juil 2015 à 15:46

    C'est pas un dialogue que les agriculteurs veulent mais des décisions urgentes et salvatrices pour notre agriculture.

  • bearnhar le lundi 20 juil 2015 à 14:59

    Et pour l'écotaxe il a fonctionné comment le dialogue ?