Crise agricole : les trois mesures que réclament les agriculteurs

le , mis à jour le
2
Principale crainte des agriculteurs : les prix, en chute libre depuis des années notamment dans la filière du lait et du porc. Aujourd'hui, la vente d'un produit ne permet plus de combler son coût de production.
Principale crainte des agriculteurs : les prix, en chute libre depuis des années notamment dans la filière du lait et du porc. Aujourd'hui, la vente d'un produit ne permet plus de combler son coût de production.

La crise agricole traîne et les solutions ne viennent pas. Eurocrates bruxellois et technocrates de l'État français se renvoient la balle. « On ne peut agir qu'au niveau européen », se défendent certains responsables politiques. Mais, lundi, la réunion à Bruxelles des ministres européens de l'Agriculture n'a rien donné. Pourtant, les agriculteurs français ne cessent de réclamer trois avancées bien précises depuis plusieurs semaines. Qui peut appliquer ces mesures ?

1. Intervenir sur les prix

Le constat : La plupart des filières agricoles ont vu leur prix stagner depuis trente ans, voire s'effondrer pour le secteur du lait. De 0,38 centime d'euro le litre il y a deux ans, un producteur laitier le vend désormais 0,30 centime. Même problème pour le porc, dont le prix avoisine 1,11 euro le kilo, contre 1,40 euro l'été dernier. En chute libre, le prix d'un produit agricole ne permet plus de combler son coût de production.

Qui peut agir ? Si l'État ne peut intervenir sur les prix, il entend bien aider les acteurs de la filière (producteurs, transformateurs et distributeurs) à s'entendre sur des prix raisonnables. C'est précisément ce que les deux syndicats du monde agricole, la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (JA), réclament depuis quelques mois : la contractualisation des prix des produits entre...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.coq il y a 11 mois

    Je suis un cochon, je mange de moins en moins de porc.

  • jean.coq il y a 11 mois

    Je ne suis pas gentil, je ne bois qu*un café crème par jour, et je déteste le yaourt.