Crise agricole : les éleveurs maintiennent les barrages sur les routes

le , mis à jour à 21:51
81
Crise agricole : les éleveurs maintiennent les barrages sur les routes
Crise agricole : les éleveurs maintiennent les barrages sur les routes

Face à la colère des éleveurs qui ont étendu leurs blocages à travers la France ce mardi, le gouvernement est passé à la vitesse supérieure et prépare un plan d'urgence qui doit être annoncé d'ici mercredi. C'est François Hollande lui-même, monté en première ligne dans ce dossier, qui a souhaité présenter les mesures en Conseil des ministres.

Afin de faire baisser la tension, croissante sur les barrages établis par des éleveurs de Normandie, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll s'est rendu à Caen en fin de journée pour y rencontrer les producteurs de lait qui se battent eux aussi pour une revalorisation du prix de leur travail. Dans un premier temps, le ministre avait fixé à jeudi, au ministère, la réunion avec les représentants des agriculteurs.

«On veut avoir des propositions concrètes»

«On n'était pas là pour négocier» a lâché Stéphane Le Foll après deux heures de réunion, confirmant que des mesures seraient présentées visant notamment «un recalibrage des aides aux exploitations les plus endettées». «L'ensemble des filières», viande porcine, viande bovine et surtout lait a été évoqué avec les éleveurs normands, principal bassin laitier français, a-t-il insisté. A la mi-journée, le Premier ministre Manuel Valls en avait appelé à «la responsabilité de chacun», ciblant en particulier les «industriels» et la «grande distribution», pour qu'ils agissent sur les prix et donnent un coup de pouce aux éleveurs en colère.

Malgré ces gestes et ces déclarations du gouvernement, les éleveurs ont décidé de maintenir leurs barrages en attendant la négociation nationale, a expliqué ce mardi soir sur BFMTV Jean-Yves Heurtin, le président de la FDSEA du Calvados. «Il n'y a aucune annonce officielle, a souligné le leader agricole. On veut avoir des propositions concrètes, détaillées.»

Parmi les annonces attendues, le gouvernement pourrait opter pour des mesures de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ccoudra2 le mercredi 22 juil 2015 à 10:56

    Où est l'état, où est la police... on ne doit pas permettre une telle anarchie. on ne doit pas pouvoir couper une route et encore moins une autoroute. les autres citoyens ont le droit de circuler librement. comme d'hab, la France marche sur la tête...c'est quoi le problème: c'est plus d'offre que de demande... la solution: puisque l'on ne peut pas augmenter la demande, il faut diminuer l'offre.... c'est lamentable de garder des chapelles sous aides pour produire sans débouchée...

  • M2941863 le mercredi 22 juil 2015 à 09:36

    Ils ont raison mais c'est dommage qu'ils se laissent presser comme des citrons par les charges sociales qui profitent toujours aux mêmes... Que les agriculteurs ne payent plus les charges sociales et se versent un salaire, ce serait çà la justice sociale! car les uns payent et les autres profitent...le grosmou prêt à tout pour son électorat sans dents...quand on constate que seulement 46% des français payent l'impot, çà fait peur!

  • b.renie le mercredi 22 juil 2015 à 06:21

    C'est bien connu. Le vivre ensemble n'et pas le propre de l'idéologie socialiste. N'acceptant pas la responsabilité et l'initiative individuelle, elle a besoin de division donc de boucs émissaires. Alors ce sont des mesures autoritaires qui ne tiennent pas compte de la réalité qui est évidemment diverse : la logorrhée de lois et règlements. Et qui sème la discorde récolte la tempête. CQFD

  • jacqu301 le mercredi 22 juil 2015 à 00:11

    Juste une question idiote: Combien y a t'il de marques francaises de tracteurs ? Je connais Renault Agriculture, on en voit parfois au JT, y en a-t-il d'autres ?

  • milano12 le mardi 21 juil 2015 à 22:56

    au lit les bouseux

  • PITCH30 le mardi 21 juil 2015 à 22:43

    vendre au prix mondial, avec les charges françaises, le combat est forcément inégal, et les subventions ne règlent pas tout

  • graille2 le mardi 21 juil 2015 à 22:11

    d'ailleurs pour leurs barrages, il y a peu de materiel "made in France". alors pourquoi la viande devrait elle uniquement etre made in France. Chacun son tour de vouloir acheter moins cher. Je suis d'accord c'est triste mais malheureusement c'est le lot quotidien des consommateurs qui veulent toujours acheter moins cher, les agrficulteurs etant eux aussi des adeptes de cette pratique

  • graille2 le mardi 21 juil 2015 à 22:07

    a l'abri de la Pac, la FNSEA a oublié de dire à ses adherents que le ,monde agricole européen et mondial évolué. Bilan pas de changement de "culture"et les autres pays se sont adaptés a un modele plus concurentiel (grandes fermes, ...). La seule chose qu'ils ont su nfaire c'est profiter de la, concurrence etrangere pour acheter le materiel agricole et d'elevage (en faisant mourrir notre industrie francaise plus chere) et ils s'etonnent des prix bas de l'etranger!!!

  • pbenard6 le mardi 21 juil 2015 à 22:01

    et ce que les américains ont vu n'est pas du meilleur gout

  • bibas1 le mardi 21 juil 2015 à 21:55

    n.timsit, il est tout à fait exact que si la France (6ème puissance mondiale, quand même, donc on a notre place...), était resté un pays souverain, on aurait notre mot à dire pour vendre nos produits à qui on veut, on pourrait livrer nos bateaux, prendre des mesures pour nos agriculteurs, notre industrie,etc.