Crise agricole : Le Foll promet de «faire pression» pour augmenter les prix

le , mis à jour à 01:19
2
Crise agricole : Le Foll promet de «faire pression» pour augmenter les prix
Crise agricole : Le Foll promet de «faire pression» pour augmenter les prix

Ce mardi soir, Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, et les principaux représentants des éleveurs se sont retrouvés au ministère. Ils ont fait un point à partir du rapport du médiateur qui a planché sur l'évolution des prix dans les filières bovine et porcine. Il s'agissait de voir si les engagements d'augmenter les prix signés le 17 juin par l'ensemble des acteurs — industriels, abattoirs, grande distribution — avaient été respectés.

Chacun en a tiré un constat mi-chèvre, mi-chou. «Sur la filière bovine, on avait des objectifs de revalorisation de l'ordre de 20 centimes, on est arrivé à 10 centimes», a reconnu Stéphane Le Foll, au sortir de la réunion, peu après 22h30. Relancé à plusieurs reprises par les journalistes, le ministre a obstinément refusé de désigner des coupables, même s'il apparaît clairement entre les lignes que des opérateurs n'ont pas joué le jeu. Moins policé, Jean-Pierre Fleury, le président de la Fédération nationale bovine a été plus clair: «Il y a une diversité anormale dans l'abattage, il va y avoir du ménage à faire».  Mais «pour une fois, la grande distribution est dans les clous», a salué le représentant des éleveurs.

Bientôt un logo «Viande de France»

Alors que faire ? Fini l'époque dirigiste où l'Etat fixait les prix autoritairement, ça, Stéphane Le Foll a dû le rappeler. «Il n'y a pas de moyens légaux pour imposer à quelqu'un une démarche commerciale», a répondu le ministre. Il reste la persuasion. Dès ce mercredi après-midi, à 16h30, une nouvelle réunion est prévue au ministère avec tous les acteurs des filières de la viande, dans le même format que celle du 17 juin. «On va poursuivre les engagements du 17 juin, faire pression pour que les prix continuent d'augmenter», a expliqué Stéphane Le Foll.

Et, au-delà des «pistes d'organisation, structurelles» et du «développement d'activités dans le cadre de la transition ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pascalcs le mercredi 22 juil 2015 à 01:48

    C'est vraiment extraordinaire d'être censuré sur un site economique pour dire que le problème n'est pas les prix mais les coûts! Être censuré pour dire qu'en France les prix sont dejà plus élevés que chez les voisins européens! Être censuré pour dire que le contrôle artificiel des prix c'est du sovietisme! Être censuré pour dire des vérités première. Ce site n'est plus que l'ombre de ce qu'il fut.

  • j-c-roy le mercredi 22 juil 2015 à 00:33

    Ne promettez plus Mr Le Foll. Cela fait trois ans que vous ne tenez pas vos promesses.Fixez des prix, c'est tout.