Crise agricole : deux actions en cours près de Strasbourg et Toulouse

le
1
Crise agricole : deux actions en cours près de Strasbourg et Toulouse
Crise agricole : deux actions en cours près de Strasbourg et Toulouse

Les éleveurs et cultivateurs en colère contre la faiblesse des prix de leurs productions sont de retour sur le terrain. Le plan d'urgence du gouvernement ne parvient pas à rassurer toute la profession. Deux actions sont en cours près de Strasbourg et de Toulouse.

Dans l'Est, des agriculteurs alsaciens ont érigé dimanche soir des barrages à la frontière franco-allemande pour arrêter les camions venant d'outre-Rhin chargés de produits agro-alimentaires, afin de dénoncer les «distorsions de concurrence» favorisant selon eux leurs homologues étrangers. Venus avec des tracteurs, ils ont pris place à partir de 22 heures sur six passages routiers, dont cinq ponts, pour une action qui devrait se prolonger au moins jusqu'à lundi après-midi, à l'initiative de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs du Bas-Rhin.

«Nous laissons passer toutes les voitures et tout ce qui vient de France», explique Franck Sander, président de la FDSEA du Bas-Rhin, affirmant que plus d'un millier d'agriculteurs, allaient participer à ces actions de blocage en se relayant. Les camions étrangers arrivant d'Allemagne et transportant des matières premières agricoles ou des produits agro-alimentaires sont en revanche «bloqués», a-t-il poursuivi. Selon un responsable syndical, une dizaine de camions venant d'Allemagne auraient été contraints à faire demi-tour à la frontière au total depuis l'installation des barrages dans le département.

En Haute-Garonne, une centaine d'agriculteurs français ont fouillé dimanche soir des dizaines de camions venant d'Espagne sur l'autoroute A645, menaçant de décharger la viande ou les fruits destinés au marché français s'ils en trouvaient, a déclaré un responsable syndical. Les cultivateurs et éleveurs ont établi à l'aide d'une dizaine de tracteurs des barrages, après le péage de Montrejeau, entre Saint-Gaudens et Lannemezan, provoquant trois à quatre kilomètres de bouchon, a précisé Guillaume Darrouy, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • igvisor le lundi 27 juil 2015 à 01:24

    Les Paysans Francais s'embrouilles avec les voisins Allemand et Espagnoles. Ca s'appel : Diviser pour mieux Regner ! et y a pas besoin de chercher loin pour savoir d'ou viens l'idee