Crise à la CGT : Mailly déplore des retombées sur l'ensemble du syndicalisme

le
3
Crise à la CGT : Mailly déplore des retombées sur l'ensemble du syndicalisme
Crise à la CGT : Mailly déplore des retombées sur l'ensemble du syndicalisme

Le numéro un de Force ouvrière (FO), Jean-Claude Mailly, estime que l'ensemble du syndicalisme français souffre de la crise que traverse la CGT autour de la remise en cause de Thierry Lepaon, son secrétaire général. «Ces problèmes-là rejaillissent d'une manière ou d'une autre sur le syndicalisme d'une manière générale, a-t-il estimé ce mercredi matin sur I-Télé. Il suffit d'entendre les commentaires, "les syndicats c'est comme les partis politiques", etc.».

Mardi, Thierry Lepaon a annoncé que les membres du bureau confédéral, dont lui-même, allaient «remettre leur mandat» en jeu devant le Comité confédéral national, «parlement» de la centrale, le 13 janvier, après deux mois de polémiques autour des affaires liées à son train de vie. «Je ne trouve pas ça bon, a commenté Jean-Claude Mailly. Quand le bureau confédéral remet son mandat en jeu, cela veut dire qu'il y a une crise qui est profonde, donc il faudrait qu'ils en sortent le plus rapidement possible». Il a néanmoins estimé qu'il s'agissait d'un «problème spécifique» à la CGT, ne reflétant pas une crise du syndicalisme en France.

«Je crois que les politiques quels qu'ils soient devraient se montrer beaucoup plus discrets et arrêter de commenter ce qu'il se passe à la CGT», a-t-il par ailleurs déclaré, faisant référence aux propos tenus mardi par Philippe Poutou (NPA), selon lequel les grands dirigeants des syndicats seraient coupés de la réalité. «Quand il y a des problèmes dans les partis politiques, les syndicats savent rester à leur place», a souligné le N°1 de FO. «On n'est pas coupé (des réalités, ndlr), a-t-il assuré. Tous, moi y compris (...) on discute avec les salariés de manière régulière».

Thierry Lepaon est sur la sellette depuis les révélations fin octobre concernant les dépenses liées à son train de vie, comme les rénovations onéreuses de son appartement de fonction et de son bureau. Etant souverain, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • doohan77 le mercredi 7 jan 2015 à 10:50

    Il a peur pour sa place celui là aussi; un bon à rien sauf à critiquer, complètement déconnecté de la réalité volontairement bien sûr ...

  • jpmay le mercredi 7 jan 2015 à 09:50

    si seulement..tout pouvait être dévoilé...les cotisant seraient plus que déçus....

  • lorant21 le mercredi 7 jan 2015 à 09:25

    Ce n'est pas FO qui est coupé de la réalité. Mais comme ses adhérents (les fonctionnaires) le sont, c'st simplement une conséquence.