Crise à l'OM. Bernard Caïazzo : «Laisser l'équipe dans un tel état moral, c'était un risque considérable»

le
0
Crise à l'OM. Bernard Caïazzo : «Laisser l'équipe dans un tel état moral, c'était un risque considérable»
Crise à l'OM. Bernard Caïazzo : «Laisser l'équipe dans un tel état moral, c'était un risque considérable»

Comment avez vous accueilli l'annonce de la mise à l'écart de Michel ce matin ?

J'avoue qu'avec l'OM c'est difficile de suivre. En lisant L'Equipe, j'apprends que Vincent Labrune est en train de partir. Je l'ai appelé et il m'a expliqué que tout ça était de la pure invention journalistique, que c'était son entraîneur qui partait, que cela faisait deux mois qu'il demandait à l'actionnaire le départ de l'entraîneur, et qu'on ne lui donnait pas satisfaction. Ce n'est pas facile à suivre tout ça. A l'époque du départ de Pape Diouf, en 2009, c'était pareil. On nous annonce qu'il reste et deux heures plus tard il était parti.

En l'espace de quelques jours, Michel a été confirmé puis écarté, le club a été mis en vente, c'est tout de même une situation rocambolesque ?

C'est l'OM. L'OM a connu la période Leclerc (1965-1972), avant lui c'était le bordel, après lui ça l'a été aussi. Ensuite, ça a été la reprise de Tapie, puis il y a eu à nouveau une période difficile. L'OM n'a vécu dans toute son histoire que des périodes comme ça. La stabilité, ils l'ont eu pendant 20 ans avec la famille Robert Louis-Dreyfus. On annonce que le club est mis en vente. Les gens croient qu'il y a une queue de dix personnes qui se pressent pour acheter le club. Ce n'est pas ça du tout.

Vous ne croyez pas à une rapide vente de Marseille ?

Ce ne sera pas si facile de vendre l'OM. On peut aussi se dire : «Si Margarita a conforté Labrune dans sa décision de virer Michel, est-ce que ce n'est pas parce que l'acheteur n'est pas là ?». On peut se poser plein de questions.

Labrune n'est pas le patron du club

Comprenez-vous cette mise à l'écart de Michel, à 24 heures d'une demi-finale de Coupe de France contre Sochaux ?

Vincent Labrune a dit qu'il n'y avait pas d'autres solutions si l'OM veut se retrouver en finale de la Coupe de France pour sauver sa saison. Laisser l'équipe dans l'état moral vu contre Monaco pour ce match contre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant