Crimes contre l'humanité en Syrie : des «preuves» de «la responsabilité» d'Assad

le
2
Crimes contre l'humanité en Syrie : des «preuves» de «la responsabilité» d'Assad
Crimes contre l'humanité en Syrie : des «preuves» de «la responsabilité» d'Assad

«Les preuves indiquent une responsabilité au plus haut niveau du gouvernement, y compris du chef de l'Etat». Pour la première fois, la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a évoqué la responsabilité du président syrien Bachar el-Assad dans des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.

«La Commission d'enquête (sur la Syrie du Conseil des droits de l'Homme, ndlr) a produit d'énormes quantités de preuves (...) sur des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité. (...)», a détaillé ce lundi, à l'occasion d'une conférence de presse, Mme Pillay.

Cette Commission d'enquête, établie le 22 août 2011 par une résolution du Conseil des droits de l'Homme, a pour mission d'enquêter sur toutes violations des droits de l'homme depuis mars 2011, et d'identifier les coupables afin de s'assurer qu'ils soient jugés.

Dans son dernier rapport, datant du 11 septembre, l'organisme, dont fait partie l'ex-procureur international Carla del Ponte, accusait le régime de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre, et la rébellion de crimes de guerre. A plusieurs reprises, les membres de la Commission ont accusé de crimes de hauts responsables du régime syrien, sans jamais les nommer et par ailleurs sans jamais mentionner directement le chef de l'Etat.

La Commission, qui n'a jamais eu l'autorisation de se rendre en Syrie, appuie son travail sur plus de 2.000 entretiens réalisés depuis sa création avec des personnes concernées en Syrie et dans les pays voisins. Elle a par ailleurs élaboré une liste confidentielle -actualisée à plusieurs reprises- de personnes soupçonnées d'avoir commis des crimes en Syrie.

Cette liste a été transmise à la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme qui ne l'a toutefois pas consultée.

Lundi, Mme Pillay a expliqué qu'elle souhaitait la mise sur pied d'une enquête judiciaire «nationale ou internationale crédible» qui permette de juger les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • baljo le lundi 2 déc 2013 à 18:26

    Que quelqu'un nous montre quand cette fameuse commission à condamné les attentats des islamistes armés.

  • baljo le lundi 2 déc 2013 à 18:23

    Ou comment essayer d'influer sur GenèveII, quand l'opposition est nue.