Crimée : «La Russie est seule», selon Barack Obama

le
3
Crimée : «La Russie est seule», selon Barack Obama
Crimée : «La Russie est seule», selon Barack Obama

Un trio uni et déterminé. C'est l'image que Barack Obama, José Manuel Barroso et Herman Van Rompuy ont voulu faire passer à la Russie ce mercredi. Réunis à Bruxelles pour un sommet Union européenne-Etats-Unis, le président américain et les dirigeants respectifs de la Commission et du Conseil européen se sont une nouvelle fois montrés fermes face à Moscou. L'occident, qui a déjà privé ce lundi la Russie de «son» G8 devant se tenir à Sotchi, tente désormais de poursuivre sur une ligne ferme. Mais Moscou, loin d'être déstabilisé, entérine l'annexion de la Crimée et  continuerait  d'accroître le nombre de ses soldats le long de la frontière ukrainienne, selon le Pentagone.

«Mauvais calcul» de la Russie

«Les Etats-Unis et l'Europe sont unis» dans la crise ukrainienne et «la Russie est seule», a insisté Barack Obama à l'issue du sommet. Pour le chef de l'Etat américain, Moscou «a fait un mauvais calcul» en pensant enfoncer «un coin» entre les Etats-Unis et l'Union européenne. Soulignant la puissance de l'occident, Obama a rappelé que le monde est «plus sûr et plus juste lorsque l'Europe et les Etats-Unis sont solidaires». Il a poursuivi en jugeant que le Kremlin Obama finira par comprendre qu'elle n'atteindra pas ses objectifs par la force brute» en Ukraine. Il a aussi jugé «absurde» d'accuser les Etats-Unis «de comploter avec des fascistes» en Ukraine.

José Manuel Baroso a de son côté insisté sur une nouvelle collaboration énergétique avec les Etats-Unis, et précisé que l'UE travaillait à réduire sa «dépendance énergétique» vis-à-vis de la Russie. Washington entend bien que le projet d'accord de libre échange avec l'UE soit bientôt ratifié.

Pour José Manuel Barroso, les Etats-Unis et l'UE travaillent pour garantir que les actions «inacceptables» aient de sérieuses conséquences.

#EUUS are working together to make sure that unacceptable actions will bear serious consequences. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ZvR le samedi 29 mar 2014 à 12:43

    L'europe et les US ne vont pas sortir grandis de cette affaire. Ils ont l'air de chercher une porte de sortie honorable qui leur permette de sauver la face.

  • a.guer le jeudi 27 mar 2014 à 05:44

    on n'est pas seul quand on a tout son peuple derrière soi ! En Europe, on note en revanche sur la question de la Crimée une étrange différence entre l'avis des gouvernants et celui des peuples ...

  • Berg690 le mercredi 26 mar 2014 à 21:15

    Souvent Il vaut mieux être seul que mal accompagné.