Crimée : la «plus grave» menace pour la stabilité de l'Europe depuis la Guerre froide

le
0
Crimée : la «plus grave» menace pour la stabilité de l'Europe depuis la Guerre froide
Crimée : la «plus grave» menace pour la stabilité de l'Europe depuis la Guerre froide

Le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen a estimé mercredi que le rattachement de la Crimée à la Russie constituait la «plus grave» menace pour la stabilité de l'Europe depuis la Guerre froide.

«Cela constitue un signal d'alarme pour la communauté euro-atlantique, pour l'Otan et pour tous ceux qui sont engagés dans la défense d'une Europe entière, libre et en paix», indique Anders Fogh Rasmussen selon le texte d'un discours qu'il devait prononcer mercredi à Washington.

«Nous avons connu d'autres crises en Europe ces dernières années : les Balkans dans les années 1990, la Géorgie en 2008. Mais il s'agit là de la plus grave menace à la sécurité et à la stabilité de l'Europe depuis la fin de la Guerre froide», a-t-il estimé. Le secrétaire général de l'Alliance a une nouvelle fois fustigé la Russie dont «l'agression militaire» a violé la souveraineté ukrainienne.

L'Otan juge «l'annexion illégale»

Comme la veille, il a averti que l'Alliance ne reconnaîtrait pas l'«annexion illégale et illégitime» de la Crimée par la Russie après le référendum de dimanche. Il a une nouvelle fois appelé Moscou à cesser toutes activités militaires envers l'Ukraine et à rechercher avec son voisin un dialogue pacifique. «Si elle continue sur cette lancée, la Russie fait le choix de s'isoler sur la scène internationale», a-t-il ajouté sans formuler, toutefois, aucune menace militaire à l'encontre de Moscou. L'Otan a décidé début mars de renforcer sa coopération avec l'Ukraine et de réexaminer celle avec la Russie.

Dans une nouvelle réplique au rattachement de la Crimée à la Russie, l'Ukraine a décidé mercredi d'introduire les visas pour les Russes et de sortir de la Communauté des Etats indépendants (CEI) regroupant onze ex-républiques soviétiques.

Par ailleurs, l'Allemagne a décidé de suspendre un contrat conclu entre le groupe de défense Rheinmetall et la Russie, a affirmé mercredi le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant