Crillon : une bouteille de cognac adjugée 9100 ?

le
0
Crillon : une bouteille de cognac adjugée 9100 ?
Crillon : une bouteille de cognac adjugée 9100 ?
L'hôtel Crillon, fermé depuis fin mars pour rénovation, a vendu ce lundi aux enchères 2000 des 17 000 bouteilles de sa cave pour un total de 300 000 ? (frais compris), dont une bouteille de Romanée Conti 2005, adjugée 3900 ?, et un cognac d'exception ? une bouteille Louis XIII Black Pearl de la maison Rémy Martin ? parti à 9100 ?.

Les enchères se poursuivront mardi avec la vente des cuisines de l'hôtel de luxe.

Les prix pour le vin se sont moins envolés que ceux du mobilier, restant souvent proches des estimations. «Il y a une cotation pour le vin», a expliqué le commissaire-priseur Stéphane Aubert de la maison Artcurial. «Mais nous sommes au-dessus de ces cotations, il y a toujours l'effet Crillon», s'est-il réjoui.

La plupart des bouteilles estimées 50 à 500 ?

La plupart des bouteilles de vin rouge, Bordeaux et Bourgogne, étaient estimées entre 50 et 500 ?. Quelques-unes étaient cependant bien au-dessus de ces prix. Le grand cru La Tache 2005, du domaine de la Romanée Conti en Bourgogne, a été adjugé à 3900 ?, et celle de 2002 à 2600 ?. Une bouteille de Pessac Léognan, Château Haut Brion 1961, a été adjugée à 1720 ?.

Jérôme Moreau, chef sommelier du Crillon, est «ravi» de cette vente : «Des gens sont venus pour se faire plaisir, et il y a aussi des professionnels, car les enchères montent sur des choses stratégiques, prestigieuses».

Un bar sculpté par César s'envole à 324 800 ?

La vente du mobilier de l'hôtel, réalisée de jeudi à lundi matin, a par ailleurs rapporté un total de 5,7 M?, soit cinq fois les prévisions initiales. Des 3500 lots, c'est le bar du sculpteur César qui est parti au plus haut prix, à 324 800 ?, acquis par un collectionneur d'art contemporain européen.

Plus de la moitié des ventes s'est faite sur internet, avec 2700 inscrits pour participer à la vente en live, a indiqué Artcurial. Les enchères se poursuivront mardi, avec la vente...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant