Crédit renouvelable : Hamon veut renforcer la loi Lagarde

le
5
Un texte pourrait être présenté dès cet automne, en même temps que celui sur les actions de groupe, et applicable dès 2013.

Le mi­­nistre délégué à l'Économie sociale, Benoît Hamon, va s'attaquer à l'une des promesses de campagne du PS: l'encadrement du crédit renouvelable, accusé depuis des années de favoriser le surendettement des ménages les plus précaires. Un texte pourrait être présenté dès cet automne, en même temps que celui sur les actions de groupe. Ces dispositifs en faveur du consommateur seraient applicables dès 2013. Sur le volet du crédit renouvelable, «deux options existent: une suppression pure et simple ou un encadrement et un contrôle renforcé», détaille Benoît Hamon, dans un entretien au Journal du dimanche. Christine Lagarde avait déjà durci l'encadrement de ces pratiques. Une loi à son nom, entrée en vigueur au printemps 2011, cherche à responsabiliser l'emprunteur tout en exigeant du prêteur une plus grande transparence, notamment sur la publicité. «Les associations de consommateurs jugent insuffisants» ces garde-fous, relève Benoît Hamon. En juin dernier, le Sénat avait ainsi prôné un renforcement de la loi Lagarde, qui passerait par des critères d'attribution des crédits plus stricts et des procédures de contrôle plus sévères.

La production de crédit à la consommation a cependant considérablement chuté en France. Au premier semestre 2012, elle s'est contractée de 8 %, selon les chiffres de l'ASF. Cette évolution n'a que peu influé sur le niveau de surendettement des ménages. Le nombre de dossiers déposés auprès des commissions de surendettement au cours des douze derniers mois, juillet 2011 à juin 2012, n'avait diminué que de 2 % par rapport aux dépôts enregistrés lors des douze mois précédents.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2193687 le lundi 6 aout 2012 à 22:05

    fxg92 tu racontes n'importe quoi. Quel intérêt rencontrerait "Cofidis et consort" à dire oui les yeux fermés ? Chaque année les société de crédit conso passent des milliards (je dis bien milliard) en perte sur des créances qu'ils ne recouvriront jamais. Dans la majorité des cas, il s'agit de clients qui font face à des accidents de la vie (divorce, maladie, chômage, décès du conjoint) et qui ne peuvent plus subvenir à leur mensualité car le budget est modifié.

  • fxg92 le lundi 6 aout 2012 à 20:27

    faut pas confondre cofidis et consort avec des taux a 20% et les banques qui sont largement plus compétitive... problème... les banques analyse la solvabilité du client de manière sérieuse...les autres établissement de crédit te disent oui les yeux fermés...et arrêter de dire que l'on emprunte à 1%... faut pas lire bêtement ce qui est écrit...il y a des ressources court moyen et long terme... c 'est le court terme qui est financé a bas taux... donc tout n'est pas à 1%...

  • SW38 le lundi 6 aout 2012 à 14:51

    Et bein voila c'est encore la faute des banques. Je suis désolé mais les gens qui font des crédits revolving pour s'acheter le dernier ecran plat a la mode ou un i phone n'ont que ce qu'ils méritent

  • raphbus le lundi 6 aout 2012 à 11:39

    avec ce taux ils couvrent les crédits en défaut non remboursés...mais la marge reste tout de meme très sympa..c'est sur les crédits conso font de l'argent, pas sur les crédits immo

  • cverger4 le lundi 6 aout 2012 à 10:07

    il faut obliger les banquiers a baisser le taux de ces credits 20% d'interets c'est inadmissible alors qu'ils emprentent eux a 1%