Crédit Mutuel Pierre 1 met en place un fonds de remboursement

le
0

Suite à la fusion absorption de Crédit Mutuel Pierre 1 avec Multimmobilier 1, le nombre cumulé de parts en attente de retrait s’est envolé. Mais, pour aider les associés pressés de vendre, la société de gestion a mis en place un fonds de remboursement.

L’exercice 2015 de Crédit Mutuel Pierre 1 (La Française AM) a été dominé par le projet de fusion-absorption avec Multimmobilier 1. Soumis aux associés, le traité a finalement recueilli un vif succès lors de l’AGE du 19 janvier avec plus de 97% de « oui ». La SCPI fait du coup son entrée dans la cour des grandes avec une capitalisation d’environ 1,2 md €.

En parallèle d’une opération stratégique visant à insuffler une nouvelle dynamique, le tonus de la gestion a permis un premier redressement de l’activité locative. Aux trois acquisitions en direct (37,1m€) et à celles réalisées via des SCI (3,8m€) se sont ajoutés 14 arbitrages (43m€). De quoi faire baisser de 10% le stock de locaux vacants… et emporter le taux d’occupation financier à son plus haut niveau de l’année fin décembre: 87,6%. Reste que si la SCPI est sur la bonne voie, le TOF moyen de l’exercice demeure un peu juste en affichant 84,4% (84,2% fin 2014).

Du côté du marché secondaire, la situation est plus délicate. En effet, après un cru 2015 marqué par une collecte nette « nulle», l’opération de fusion a conduit à une forte augmentation de nombre de parts en attente de retrait (94326 parts au 31 mars). L’explication ? Il s’agit de la simple « addition de parts en attente de deux SCPI fusionnées ». Pour autant, La Française AM a pris à bras le corps le problème. Elle a mis en place un fonds de remboursement afin de satisfaire les associés contraints par l’urgence de vendre. Cette initiative a déjà vu l'annulation de 9 051 parts au premier trimestre 2016. Mais le prix retenu de 219€ correspond au « renoncement d’un taux de rendement immédiat de 5,5% ».

Et 2016 ? Tournée vers l’avenir, Crédit Mutuel Pierre 1 poursuit deux grands axes opérationnels. Le premier concerne la réduction de la vacance. Pour ce faire, la SCPI prévoit un important plan d’arbitrage (autour de 34m€) sur « une quarantaine d’actifs pour plus de 40 000 m² de locaux vacants au 2/3 et dont près de la moitié est d’ores et déjà très avancée ». De même, des efforts particuliers vont être dirigés vers la commercialisation de surfaces rénovées ou neuves. Deuxio, au delà d’un ambitieux programme d’acquisitions de l’ordre de 70 m€, il est précisé une « accélération de la politique de surinvestissement avec le développement du recours à l’emprunt bancaire ». Appuyés par le conseil de surveillance, ces axes stratégiques militent dans le sens du rajeunissement du patrimoine et de son adaptation à l’évolution de la demande locative.

Retrouvez cet article sur Primaliance.com
Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant