Crédit immobilier : vers des taux en baisse à fin 2015

le
1
En moyenne, à ce jour, les acquéreurs bénéficient d'un taux à 2,25% pour un emprunt sur 15 ans, à 2,60% sur 20 ans et à 3% sur 25 ans. (LDprod / shutterstock.com)
En moyenne, à ce jour, les acquéreurs bénéficient d'un taux à 2,25% pour un emprunt sur 15 ans, à 2,60% sur 20 ans et à 3% sur 25 ans. (LDprod / shutterstock.com)

(Relaxnews) - La tendance à la hausse observée durant l'été dernier semble revelée du passé. D'après le réseau de courtiers Vousfinancer.com, 2015 devait se finir avec des taux en repli, très attractifs. 

Depuis le début du mois d'octobre, une dizaine de banques ont revu à la baisse leurs taux accordés pour les crédits immobiliers. Ce repli s'évalue entre 0,10% et jusqu'à 0,20%. "Si ces baisses concernent parfois uniquement les profils "haut de gamme", certaines banques ont diminué leurs taux de crédit pour tous les profils et notamment sur les durées supérieures à 20 ans pour conquérir de nouveau les primo-accédants", commente le courtier en ligne. 

En moyenne, à ce jour, les acquéreurs bénéficient d'un taux à 2,25% pour un emprunt sur 15 ans, à 2,60% sur 20 ans et à 3% sur 25 ans. À noter toutefois que des écarts existent selon le profil des acheteurs et des banques. 

Enfin, Vousfinancer.com table sur un début 2016 attractif pour celles et ceux qui souhaitent devenir propriétaires, en raison notamment de l'élargissement du prêt à taux zéro dans l'ancien. Pour rappel, le président de la République a annoncé que le dispositif concernera en 2016 "la quasi-totalité du territoire".

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9667828 le mardi 3 nov 2015 à 09:26

    En oubliant de préciser que le plafond de revenus est bas et que pour un célibataire, il faut gagner une misère pour en bénéficier. Alors que ce dernier, vu le coût de la vie aura déjà fait plus d'effort, après impôts, pour se constituer un apport, contrairement à un couple avec 2 revenus et tous les avantages non imposable que procurent les enfants. C'est cela la justice fiscale à la FRANCO-HOLLANDAISE...................