Crédit immobilier: les banques font des efforts

le
5
Alors que la production de crédit immobilier est en chute libre depuis le début de l'année, de nombreuses banques deviennent moins exigeantes avec les emprunteurs, selon l'Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux.com.

Les banques, qui depuis un an avaient durci leurs conditions d'octroi de prêt immobilier, sont redevenues un peu plus accommodantes avec les emprunteurs. «Plusieurs d'entre elles ont assoupli leurs conditions de financement notamment pour les jeunes emprunteurs», note ainsi Hervé Hatt, directeur général de Meilleurtaux.com.

Les établissements financiers espèrent attirer ainsi les emprunteurs de moins en moins nombreux malgré des taux d'emprunt historiquement bas (le taux de crédit moyen s'élève à 3,64%). Les prêts immobiliers ont reculé de plus de 30% entre janvier et septembre, selon l'Observatoire du crédit immobilier de Meilleurtaux.com.

La dégradation de la conjoncture économique, des prix élevés et des vendeurs qui ne veulent pas baisser leurs prétentions «bloquent psychologiquement» les acheteurs. La part des primo accédants a fondu depuis le 1er janvier, passant de 38% à 18%. Actuellement, les banques financent essentiellement l'achat de résidences principales de ménages déjà propriétaires et bénéficiant donc d'un apport important.

Les banques pointilleuses sur l'apport personnel

La production de prêts à l'habitat reste toutefois plus importante en France que dans le reste de l'Europe, selon la Banque de France. Car les banques françaises se financent toujours dans de bonnes conditions. «Elles ont un accès très large à la liquidité monétaire», explique Jacques Fournier, directeur général des statistiques à la Banque de France.

Les banques restent toutefois prudentes. «Elles restent vigilantes par rapport au niveau d'endettement des emprunteurs et à leur "reste à vivre" (NDRL: revenu disponible après avoir payé les mensualités du prêt et les charges)», explique Hervé Hatt. Elles sont aussi pointilleuses sur l'apport personnel. Certains établissements ne prêtent qu'aux ménages ayant un apport personnel représentant au moins 20% du montant de l'acquisition. Et deux banques n'accordent plus de prêts d'une durée supérieure à 25 ans.

Certains emprunteurs sont en bonne position pour négocier les taux. Les ménages qui transfèrent leur épargne dans la banque prêteuse et souscrivent par exemple une assurance multirisque habitation bénéficient de conditions de financement privilégiées (ils peuvent obtenir jusqu'à 0,4% de réduction de taux selon Meilleurtaux.com).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marcsim5 le lundi 19 nov 2012 à 11:01

    eh oui! Messieur les banksters: "PLUS tu calcules , PLUS tu t'enc...."

  • loco93 le vendredi 16 nov 2012 à 23:19

    Et si certains préférent être un mougeon, c'est leur choix! Un mougeon c'est 50% mouton et 50% pigeon mais c'est surtout 100% français...

  • supersum le vendredi 16 nov 2012 à 09:49

    Vu que les bailleurs se retirent, que les constructions s'effondrent et que le marché de la location va etre de plus en plus restreint, restera 3 solutions pour les gens, etre locataire et payer de plus en plus cher, acheter, ou coucher sous les ponts

  • bordo le jeudi 15 nov 2012 à 18:05

    c'est drôle comme il y a de monde qui veut passer pour des gros malins...

  • loco93 le jeudi 15 nov 2012 à 17:52

    Achetez! c'est le moment d'acheter! allez vous noyer avec un crédit contracté pour des années de dur labeur pour remplir gracieusement les poches des vendeurs $ et pour financer tout leurs projets. Comme c'est généreux de votre part! Moi j'ai vendu au plus haut et j'ai bien carotté mon acheteur qui veut devenir proprio à tout prix, sacré mouton!