Crédit immobilier

le
0

Un emprunt immobilier engage l’acheteur pendant 15, 20 voire 25 ans. Il est donc primordial de se poser les bonnes questions avant de franchir le pas. Voici nos conseils pour aider le candidat à l'achat immobilier à y voir plus clair.

En cette période de taux bas et de baisse des prix de l’immobilier, vous avez peut-être envie de profiter de la conjoncture! Cependant, acheter votre appartement ou votre maison n’est pas forcément facile, notamment lorsque c’est la première fois. Par ailleurs, les banques sont de plus en plus regardantes sur le profil des emprunteurs, leur niveau d’endettement, le montant de leur apport…

Comment s’y prendre? Quelles sont les solutions à votre disposition? Quels sont les façons d’améliorer votre profil d’emprunteur? Faut-il passer par un courtier? Existe-t-il des dangers à souscrire un crédit relais lors d’une opération d’achat revente? Les questions sont nombreuses en matière de prêt immobilier. De fait, s’engager pendant 15, 20 voire 25 ans mérite de se poser les bonnes questions pour ne pas commettre d’erreur, payer trop cher ou regretter une prise décision trop rapide.

La première erreur en matière de prêt immobilier est de ne pas faire suffisamment jouer la concurrence. Faire appel à un courtier en crédit apparaît parfois comme une solution de bon sens. Quitte à finaliser l’emprunt avec votre propre banquier si celui-ci s’aligne sur la meilleure proposition reçue.

Par ailleurs, certains acheteurs se focalisent sur le taux d’intérêt. Certes, le niveau du crédit que vous octroie la banque est important, mais ce n’est pas le seul élément à prendre en compte. Ainsi, le coût de votre assurance peut varier de 0,30% à plus de 1% du montant total du crédit. C'est évidemment un critère à prendre en compte. Par ailleurs, certaines clauses favorables de votre contrat ne doivent pas être négligées. Par exemple, l'exclusion de pénalités de remboursement anticipé en cas de revente… elle peut vous faire gagner plusieurs milliers d’euros.

Avoir un dossier finançable implique aujourd’hui de suivre scrupuleusement les règles prudentielles fixées par les banques. Par exemple, votre achat de doit, en principe, pas faire grimper votre taux d’endettement au-delà du taux de 33%. Par ailleurs, votre apport personnel doit être d'au moins 10% du montant de votre acquisition. Pensez également à votre historique de découverts dans les 6 mois précédents votre demande de crédit. Si vous êtes investisseur locatif et qu’une part de mensualité de remboursement est assise sur les loyers, le prix du marché, la localisation sont également étudiés par votre banque avant d'accepter de vous financer.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant