Crédit agricole : une succession plus complexe qu'il n'y paraît

le
0
Jean-Paul Chifflet, l'acteul P-DG, et Michel Mathieu, directeur délégué du Crédit agricole SA. Ce dernier se verrait bien en successeur du premier.
Jean-Paul Chifflet, l'acteul P-DG, et Michel Mathieu, directeur délégué du Crédit agricole SA. Ce dernier se verrait bien en successeur du premier.

Officiellement, il existe un seul candidat déclaré pour le poste très convoité de directeur général de Crédit agricole SA (Casa). Philippe Brassac, 55 ans, est en effet l'homme qu'ont choisi les Caisses régionales, majoritaires avec 55 % du capital de Casa. Directeur général de la caisse de Provence Côte d'Azur et secrétaire général de la FNCA, l'organe représentatif des Caisses régionales, ce mathématicien de formation - réputé pour son esprit cartésien - devrait si l'on en croit la logique des chiffres l'emporter lors de la prochaine assemblée générale du groupe, en mai prochain. Mais, d'après les informations du Point.fr, la messe n'est pas encore dite. Michel Mathieu, l'un des directeurs généraux délégués de Casa, auteur d'un livre programme intitulé Nouvelles Banques paru en avril dernier, se verrait bien lui aussi dans le fauteuil de DG. Ce banquier prudent, qui joue les chantres anti-spéculation mais ne se risque à aucune prise de positions sur la réforme à venir au sein du Crédit agricole, bénéficierait du discret soutien de l'actuel patron de Casa, Jean-Paul Chifflet, peu désireux de voir un émissaire des Caisses régionales lui succéder. Défiance de certains administrateurs envers Philippe Brassac Au sein de la banque verte, certains interprètent l'article du Monde daté du 11 février qualifiant Brassac de "candidat tout désigné" comme le résultat d'une manoeuvre visant à le déstabiliser. En faisant...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant