Crédit Agricole : remise à plat au sommet

le
0
Philippe Brassac prendra les commandes de Crédit Agricole à l'issue de l'assemblée générale du 20 mai. (© A. Goulard)
Philippe Brassac prendra les commandes de Crédit Agricole à l'issue de l'assemblée générale du 20 mai. (© A. Goulard)

Fumée blanche à la Banque verte. Après des semai­nes de tension entre la banque cotée et son premier actionnaire (les Caisses régionales, avec 56% des parts, via la SAS La Boétie), la succession du directeur général, Jean-Paul Chifflet, est réglée.

À l'issue de l'assemblée générale du 20 mai, Philippe Brassac prendra les commandes. C'est le secrétaire général de la Fédération nationale du Crédit Agricole (FNCA), organe politique du groupe mutualiste. Si l'idée d'un tandem est récusée par la banque, cette désignation s'accompagnera pourtant de la nomination de Xavier Musca comme futur directeur général délégué et second dirigeant effectif de la société. Directeur général adjoint, l'ancien secrétaire général de l'Élysée a rejoint la banque en 2012.

Avec la prise de commandes de Philippe Brassac, c'est bien la ligne d'une remise à plat de l'organisation et d'une gouvernance baroque qui l'emporte. Le chantier est d'autant plus vaste que les contours du projet restent flous. Crédit Agricole SA restera-t-il actionnaire à 25% des Caisses régiona­les ? Combien seront valorisées les prérogatives d'organe central de la banque ?

Une certitude à ce stade : Crédit Agricole SA restera coté. En cas de succès, le chantier n'aboutira sans doute pas avant le second semestre 2016. Malgré la

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant