Crédit agricole-Opération simplification pour calmer les marchés

le , mis à jour à 10:27
0
    * Casa cède ses 25% dans les caisses régionales à celles-ci 
    * L'opération est valorisée à 18 milliard d'euros 
    * Elle permet de porter à 11% le ratio CET1 de Casa 
    * Ce dernier versera 50% de ses profits en dividende 
 
 (Actualisé avec cours de Bourse, commentaires) 
    par Julien Ponthus et Leigh Thomas 
    PARIS, 17 février (Reuters) - Crédit agricole  CAGR.PA  a 
lancé mercredi une lourde opération de simplification de sa 
structure capitalistique afin de rassurer les investisseurs sur 
la solidité et la rentabilité de sa structure cotée, 
particulièrement malmenée en Bourse. 
    Annoncée à l'occasion de la publication des résultats 2015, 
cette transaction intra-groupe à 18 milliards d'euros prévoit le 
rachat par les 39 caisses régionales de la participation de 25% 
détenue par Crédit agricole S.A. (Casa) dans ces dernières.  
    "Au fond notre objectif est assez simple, nous voulons 
mettre fin à ce paradoxe assez insupportable qui consiste à être 
un grand groupe bancaire très capitalisé avec régulièrement sur 
sa structure cotée une espèce de doute sur la fragilité de son 
capital", a déclaré à la presse le directeur général de Casa.  
    "La pression des investisseurs aurait pu nous inciter à 
réaliser une augmentation de capital", a même confié dans un 
entretien aux Echos Philippe Brassac, jugeant qu'un tel scénario 
"aurait été absurde compte tenu de la solidité du groupe". 
    Le message envoyé à la communauté financière semble avoir 
été entendu à la Bourse de Paris où le titre a pris la tête de 
l'indice CAC 40  .FCHI  avec, à 09h29, une hausse de 7,48% à 
9,01 euros.  
    "Globalement il y a assez pour rassurer les investisseurs", 
notait avant l'ouverture des marchés un trader, pour qui 
l'action, en baisse de près de 25% depuis le début de l'année, 
ne pouvait que bénéficier de ces annonces.  
    Outre le fait qu'elle clarifie la structure du mutualiste  
en mettant un terme à l'actionnariat croisé, l'opération 
"Eurêka" permettra à CASA d'augmenter et de sanctuariser son 
ratio de solvabilité Core Equity Tier 1 à 11%, sur la période 
2016-2019, soit 150 points de base au-dessus des exigences 
règlementaires. 
    Au-delà, la "qualité" du capital de Casa s'améliore 
également en cela qu'il ne repose plus sur les mécanismes de 
transferts (switch) intragroupe, annulés de facto par 
l'opération.  
    Très fortement capitalisées, les caisses régionales ont donc 
accepté d'utiliser leur "puissance financière", selon le mot du 
directeur général, pour diminuer, au bénéfice de Casa, leur 
propre ratio de solvabilité à 17,3%.  
    Pour le groupe, dont le ratio se situe à un confortable 
13,7%, l'opération est neutre, tant au niveau fiscal qu'à celui 
des résultats.     
    Pour Casa en revanche, la cession de sa participation dans 
les caisses régionales la privera de sa part des bénéfices de 
ces dernières et renforcera son exposition à la banque de 
financement et d'investissement (BFI), au détriment de la banque 
de détail.  
    Beaucoup plus sensible par nature aux aléas des marchés, la 
part de la BFI dans l'activité de Casa passera de 20% à 25% et 
celle de la banque de proximité en France diminuera de 32% à 
14%.     
         
    "A CHAQUE JOUR SUFFIT SA PEINE" 
    Son profil se rapprochera de celui de Natixis  CNAT.PA , la 
banque d'affaires cotée de son cousin mutualiste BPCE, une 
perspective qui ne doit pas, selon la direction de Casa,  
inquiéter les actionnaires échaudés par la tempête boursière qui 
secoue actuellement les valeurs bancaires.  
    L'action Casa "va rester sur un profil de risque extrêmement 
'retail'(banque de détail)", a promis Philippe Brassac, pour qui 
la promesse d'un dividende régulier équivalent à 50% des profits 
et dorénavant payé 100% en cash à partir de 2016 est à même de 
satisfaire les investisseurs. 
    Le dividende payé en actions par Casa rebutait certains 
investisseurs, a admis le directeur général, notant qu'il 
pouvait être perçu comme "une augmentation de capital qui ne dit 
pas son nom".  
    Un plan stratégique à moyen terme sera présenté le 9 mars. 
Philippe Brassac a d'ores et déjà prévenu que Casa y 
conserverait à 10%, niveau atteint en 2015, son objectif de 
retour sur fonds propre (return on tangible equity). Cet 
objectif est donc revu à la baisse par rapport aux 12% envisagés 
précédemment.  
    Selon le directeur général, cette baisse s'explique 
notamment par la hausse des fonds propres exigée par les 
régulateurs.  
    Attendue depuis des mois, la réforme de la structure du 
Crédit agricole a pris un tour inattendu en janvier quand ce 
dernier a annoncé envisager une restructuration capitalistique 
alors que le marché s'attendait à une réorganisation de l'organe 
central du groupe, actuellement logé au sein de Casa. 
    Certains investisseurs avaient même spéculé sur une possible 
indemnisation financière à la faveur du projet ROC 
(réorganisation de l'organe central), qui ne semble cependant 
pas d'actualité. 
    "A chaque jours suffit sa peine", a dit à ce sujet Philippe 
Brassac, sans faire plus de commentaire. Crédit agricole a déjà 
lancé en 2015 une simplification de sa gouvernance en regroupant 
trois organes sous une présidence unique.  
    Dominique Lefebvre, élu président de Casa, cumule la 
présidence de l'entité cotée et celles de l'organe politique, la 
Fédération nationale du Crédit Agricole (FNCA) et de la SAS Rue 
La Boétie, où est logée la participation de 56,5% des caisses 
régionales dans la structure cotée.  
     
    Le communiqué et la présentation : 
    http://bit.ly/1TnvKep 
 
 (Julien Ponthus, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant