Crédit Agricole : la réforme bancaire se précise

le
0
DR
DR

(lerevenu.com) - A écouter les partisans d'un éclatement pur et simple du modèle de banque universelle à la française, le projet de reforme du secteur qui sera présenté au conseil des ministres du 19 décembre prochain pécherait par manque d'audace.

Jean-Paul Chifflet, président de la Fédération bancaire française (FBF) et directeur général de Crédit Agricole SA ne partage pas cet avis. L'objet consiste à isoler dans une filiale ad hoc, les activités pour compte propre et interdire les plus risquées, notamment le trading à haute fréquence.

Au quotidien Les Echos qui, par ailleurs, donne en avant-première les grandes lignes du projet de loi, le représentant de la profession bancaire critique le futur processus de résolution des faillites bancaires et surtout son extension éventuelle à la zone euro. Jean-Paul Chifflet semble aussi ne pas apprécier le périmètre retenu pour les activités dites de compte propre que les groupes bancaires devront loger dans une filiale. La tenue de marché, qu'il caractérise comme une activité de service à la clientèle, ne devrait pourtant pas, selon la réforme en sa forme actuelle, être filialisée avec toutes les activités à risque.

Le directeur général de la banque verte critique aussi les « taxes spécifiques supplémentaires » imposées aux banques françaises qui vont rendre «extrêmement difficile leur métier de financement de l'économie». Enfin, Jean-Paul Chifflet s'inquiète aussi de l'application du nouveau ratio de liquidité qui exigera que les banques « aient pratiquement autant de dépôts que de crédits ». Et il préconise, pour faciliter le refinancement des banques, «d'arrêter ou au moins d'abaisser le taux de centralisation du Livret A, dont 65% des montants sont transférés à la Caisse des dépôts».

Les cours de Crédit Agricole en direct

Toutes les valeurs en vue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant