Crédit agricole : des résultats plombés par le sauvetage de la Banco Espirito Santo

le
0
Crédit agricole : des résultats plombés par le sauvetage de la Banco Espirito Santo
Crédit agricole : des résultats plombés par le sauvetage de la Banco Espirito Santo

Après avoir participé au sauvetage de la banque portugaise Banco Espirito Santo (BES) dont elle est actionnaire à hauteur de 15%, le Crédit agricole a forcément vu ses bénéfices plombés. Ses comptes semestriels publiés révèlent un bénéfice en chute libre au deuxième trimestre, à 17 millions d'euros, contre 696 millions d'euros un an plus tôt. Le groupe dans son ensemble, c'est à dire avec l'apport des caisses régionales, accuse une baisse de 49% de son bénéfice, à 705 millions d'euros.

La Banco Espirito Santo, sauvée de la faillite ce week-end au prix de la perte totale de leur investissement pour les actionnaires, a conduit Crédit agricole à ramener la valeur de sa participation de 14,6% dans la banque portugaise à zéro, ainsi qu'à assumer une partie de la perte trimestrielle record (3,57 milliards) essuyée par BES.

Visée par une enquête américaine

Autre ombre au tableau, le Crédit agricole est actuellement dans le collimateur de Washington. Même si la sanction serait sans commune mesure avec l'amende infligée à la BNP Paribas, la banque française est inquiétée par la justice américaine qui enquête sur les opérations en dollars d'une poignée de banques européennes. Interrogé au micro de France Inter, Michel Mathieu, le directeur général délégué de la banque a assuré : «Nous sommes assez sereins car nous avons collaboré étroitement avec les autorités américaines».

Après un audit interne achevé il y a quelques semaines, la banque a remis l'ensemble de son dossier aux régulateurs américains, a rapporté Jean-Paul Chifflet, le directeur général de Crédit agricole SA. «Nous entrons à présent dans une phase d'explication du dossier, et de discussions avec les autorités américaines, avec lesquelles nous coopérons pleinement», a-t-il précisé. M. Chifflet estime que le dossier de Crédit agricole est spécifique, car «de manière générale, les volumes des transactions en dollars sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant