Crédit Agricole d'Ile-de-France Au 30/06/2009, nos fondamentaux se renforcent : nous résistons et préparons l’avenir avec nos clients

le
0
Crédit Agricole d'Ile-de-France
Au 30/06/2009, nos fondamentaux se renforcent :
nous résistons et préparons l'avenir avec nos clients

Les attentes des clients évoluent, nous nous adaptons :

Après l'atonie du premier trimestre, l'activité a rebondi mais reste cependant à un niveau inférieur à celui du premier semestre 2008.

En conséquence, la décélération des réalisations de crédit explique la stagnation de nos encours (-0,4%) par rapport au 30 juin 2008. Toutefois, retraités de l'effet du non renouvellement d'un tirage de 800 M€ par un grand risque d'Etat en fin d'année 2008, ceux-ci auraient crû de 2,6%. Ce ralentissement a touché d'une part le marché des entreprises dont les besoins diminuent du fait du ralentissement de la demande, et d'autre part celui de l'habitat car les clients attendent une baisse des prix plus franche. Enfin, nos encours de crédit à la consommation croissent de 5.9%, plus que le marché, grâce au choix d'une internalisation complète des offres, outils et compétences au sein de notre banque.

Attentifs à la recherche de placements rentables et sécurisés par nos clients, nous avons fortement augmenté notre collecte bancaire (+8,6%) tout en la consolidant par une politique d'émission de DAT à Moyen Terme et en encourageant l'épargne logement. Nous enregistrons également de bonnes performances en Assurance Vie (+3,3%) et en épargne financière (+3,2%), malgré des effets marchés défavorables.

Progression du PNB d'activité et maîtrise des charges et des risques:
  • Le PNB d'activité augmente de 4,5%, tiré par la marge d'intermédiation (+6,7%) : effet positif de la variation de la provision Epargne Logement (+5,7 M€), de la croissance des encours (+2,5 M€), et d'un effet taux (+2 M€) pour partie lié à la croissance du poids des crédits à la consommation dans nos encours globaux.
  • Le PNB Commissions, pour sa part, est en croissance de 2,4% : les commissions de services progressent bien (+5,1% soit +6,8M€), celles liées à la collecte (-0,5 M€) se stabilisent, et celles liées au crédit (-1,8M€) régressent avec l'activité.
  • Le PNB ressources propres baisse de 52,5%. D'une part, les produits du portefeuille de placements diminuent de 44,7 M€ car le premier semestre 2008 avait été marqué par l'extériorisation préventive d'importantes plus values pour sécuriser le portefeuille. D'autre part, les revenus en provenance de la SAS La Boétie diminuent de 20,3 M€, en phase avec le dividende de Crédit Agricole SA. Enfin le choix d'allocation depuis l'automne 2008 privilégie les placements liquides et sûrs.

    Les charges générales d'exploitation diminuent de 4,5%, confirmant les efforts de maîtrise des coûts engagés par la Caisse Régionale.

    Le RBE atteint 243,7 M€ en baisse de 14%, niveau toutefois proche de celui du 30 juin 2006 (240,4 M€). Le coefficient d'exploitation, à 45,6% contre 43% il y a un an, reste dans les meilleurs de la profession.

    ACTIVITE En milliards d'euros Evolution sur un an
    Encours de collecte(*) 42,4 +5,6%
    Encours de crédits 26,7 - 0,4%
    (*)hors TCN interbancaires, y compris les encours des comptes titres des clients )
    Compte de résultats consolidés aux normes IAS/IFRS
    RESULTATS FINANCIERS En millions d'euros Evolution sur un an
    Produit Net Bancaire 447,8 -9,9%
    Dont PNB d'activité 387,9 +4,5%
    Charges générales d'exploitation 204,1 -4,5%
    Résultat brut d'exploitation 243,7 -14,0%
    Résultat net, part du groupe 142,4 -24,0%

    Le coût du risque, de 33,3 M€, augmente de 54,4% par rapport à juin 2008, mais ne représente toutefois que 30 bps rapporté à nos encours pondérés Bâle I (44 bps rapporté aux encours Bâle II). Cela tient à la qualité de notre portefeuille de crédits, supérieure à celle de la Place.

    En conséquence le résultat s'élève à 142,4 M€ contre 187,3 M€ au 30 juin 2008.

    L'actif net hors plus values sur titre s'établit à 111,2€ par titre et progresse de 3,6% sur le semestre.

    Perspectives :

    Avec un ratio de solvabilité Bâle II de 15,2% au 30 juin, un coefficient d'exploitation parmi les plus bas et un ratio crédit / collecte ramené de 140,8% au 30 juin 2008 à 129,1 % au 30 juin 2009, nous avons encore renforcé la solidité de nos fondamentaux.

    C'est sur ces bases saines, que nous ferons face à une éventuelle augmentation du coût du risque, et que nous continuerons à accompagner nos clients sur leurs projets, quel que soit le marché.

    Par exemple, nous lancerons à l'automne d'une part la nouvelle carte M6 Mozaïc destinée au marché des jeunes, et d'autre part une plate-forme de gestion conseillée à destination de la clientèle patrimoniale. Enfin, nous améliorerons notre pro-activité en matière de crédit bail, avec des décisions décentralisées au plus près du terrain.


    Valeur associée
      Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
  • Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant