Crédit 2.0, quand le "Big Data" intervient dans l'accord d'un prêt

le
0
Crédit 2.0, quand le "Big Data" intervient dans l'accord d'un prêt
Crédit 2.0, quand le "Big Data" intervient dans l'accord d'un prêt

Décrocher un crédit en ligne grâce aux réseaux sociaux est désormais possible via certaines fintech, jeunes sociétés financières qui ciblent essentiellement un public jeune ou peu bancarisé. Utilisant la masse de données numériques, le "big data", pour évaluer la solvabilité des demandeurs, leurs méthodes intéressent tout autant qu'elles dérangent."Si tes amis ont confiance en toi, nous aussi": c'est par ce slogan et son logo, un "smiley" à la bouche grande ouverte, que Credilikeme, fintech mexicaine spécialisée dans le crédit, s'est faite connaître sur Facebook. Le principe : obtenir de ses amis un maximum de "J'aime" sur sa demande de crédit afin de la soutenir.Lancée en 2012, cette société propose des prêts de 100 à 600 euros, à des taux d'intérêts compétitifs et en quelques jours maximum."J'ai eu une réponse quasi immédiate sans avoir à me déplacer et mes amis ont pu donner leurs recommandations sur moi par SMS ou directement par téléphone", explique à l'AFP Maria Gonzalez Becerra, 26 ans, cadre administratif à Mexico. Opérant surtout dans les pays émergents mais aussi aux Etats-Unis et en Europe, ces fintech se sont développées ces dernières années dans le crédit pour les populations qui en sont exclues faute de disposer d'historique de crédit.- Le "score", la note à la formule secrète -Dans cet historique sont enregistrées les données liées au crédit d'un particulier, remboursements comme incidents de paiement. Il est systématiquement étudié par les organismes de crédit pour évaluer la solvabilité des demandeurs.Or, "il existe beaucoup de personnes solvables et fiables sans historique de crédit", la plupart ayant moins de 35 ans, selon Gideon Valkin, co-fondateur et directeur général de FriendlyScore, une fintech située à Londres qui utilise réseaux sociaux et big data pour créer de nouvelles méthodes de "score" ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant