Crèche, logements et jardins coexistent dans cette cour parisienne

le
0

VIDÉO - Inaugurés il y a quelques mois, ces logements sociaux ont trouvé leur place dans un petit îlot parisien, vivant par sa cour verte et les enfants de la nouvelle crèche. En partenariat avec le Pavillon de l’Arsenal, Le Figaro Immobilier vous fait découvrir les lieux.

De la densité associée à une réelle qualité visuelle, voilà ce qui caractérise ce nouvel ensemble de trois bâtiments, au cœur du dixième arrondissement de Paris. Le Figaro Immobilier, en partenariat avec le Pavillon de l’Arsenal, centre d’urbanisme et d’architecture de Paris et de la métropole parisienne, vous fait découvrir cette architecture singulière. A l’angle des rues Bichat et Faubourg-du-Temple, l’architecte Alexandre Chemetoff a conçu deux immeubles qui accueillent pas moins de 91 logements sociaux, ainsi qu’une crèche. Le tout s’organise et prend vie autour d’un petit îlot de jardin.

Une atmosphère industrieuse et détaillée

Adossés aux constructions qui constituent déjà le front bâti de la rue, deux immeubles de chacun cinq étages ont été érigés, l’un face à l’autre. Avec une surface globale de 6300 mètres carrés, ils accueillent depuis leur inauguration en avril dernier quelque 91 logements sociaux allant du T1 au T5. Cette densité, l’architecte et le maître d’ouvrage Paris Habitat n’ont justement pas hésité à l’afficher dans la compacité de ces bâtiments au design à la fois simple et détaillé. Un véritable point d’honneur a effectivement été consacré au confort d’usage et visuel, ainsi qu’à la pérennité des matériaux choisis.

Dans le respect des objectifs du plan climat, les façades de ces deux immeubles ont été habillées par une ossature de bois, puis revêtues d’éternit côté cour, et de clins de bois pour le côté rue. Les nombreuses portes fenêtres, les cages d’escalier à l’air libre ainsi que quelques loggias confèrent à l’ensemble une impression d’ouverture, d’échange et de circulation qui fait vivre la résidence. D’ailleurs, la plupart des appartements y sont traversants et les rez-de-chaussée comportent une succession de vitrines. Le métallique des garde-corps et de l’attique inspire quant à lui l’allure industrieuse des ateliers. Sur chaque porte, une étiquette indique le logement et les habitants ont été invités à y glisser leur nom, un dessin ou une image. De quoi signifier la fin du chantier et le début d’une réelle appropriation des lieux pour les nouveaux locataires.

Dans la cour, une crèche et ses jardins dessinés

Au fond de la cour insérée entre les deux immeubles, une maison ouverte a trouvé sa place: il s’agit d’une crèche. Ouverte sur le jardin principal dessiné ainsi que sur des patios, elle présente une grande surface de 760 m² et peut accueillir 66 berceaux. Également dotée d’une ossature en bois aux tons clairs par-dessus le béton armé, cette crèche est naturellement éclairée depuis la rue et par les petits jardins intérieurs. D’ailleurs, avec une conception inscrite dans le cadre de la démarche Haute Qualité Environnementale, on peut même trouver un bel espace vert sur son toit. Petite anecdote: les salles accueillant les enfants portent le nom des arbres qui ont été plantés dans la cour, aussi habitée par des poiriers, des érables du Japon et des bosquets.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant