Création d'entreprise : Niel fait l'éloge de la fiscalité française

le
4
«Depuis le 1er janvier de cette année, la fiscalité des plus-values est de 23 %, elle est inférieure à celle de l'économie américaine», a souligné le patron de Free.

Fidèle à son côté iconoclaste, Xavier Niel, le fondateur de Free, a mis les pieds dans le plat, vendredi, lors d'une «master class» organisée à Sciences Po, devant un amphi archicomble. Selon le patron de Free, la perception de la fiscalité par les apprentis entrepreneurs paraît «délirante». «Ce n'est pas l'image que vous en avez, mais l'environnement fiscal réel est favorable à la création d'entreprise», a déclaré l'entrepreneur, invité à expliquer «Comment créer et développer sa start-up», dans le cadre des portes ouvertes des start-up parisiennes.

«Depuis le 1er janvier de cette année, la fiscalité des plus-values est de 23 %, elle est inférieure à celle de l'économie américaine», a-t-il souligné.

«Si vous léguez une entreprise, la fiscalité est de 6 % à 7 %. Il y a peu de pays où la fiscalité soit si faible pour la cession d'une entreprise à ses enfants», a-t-il ajouté, tout en étant lui-même défavorable au legs d'entreprise. «On est dans un pays fantastique, un mélange entre la folie latine et la rigueur anglo-saxonne. Ce n'est pas la peine de prendre l'avion. On peut faire quelque chose en entreprenant, ici, à Paris», s'est-il encore exclamé.

Pour Xavier Niel, dixième fortune de France, qui vient de lancer avec la Ville de Paris la construction du plus grand incubateur du monde, capable d'accueillir 1 000 start-up, et qui a ouvert cet été son école gratuite, «42», pour dénicher les nouveaux Steve Jobs parmi les jeunes défavorisés, «l'entrepreneuriat, c'est la vraie chance de faire marcher l'ascenseur social en France».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • danapoin le mardi 15 oct 2013 à 00:43

    Les idées reçues sur la Grande Bretagne avec des impots à 50% + taxes diverses...font réfléchir certains intervenants pour rester en France et Niel a raison. Ceux qui ont tenté l'aventure en Grande bretagne en sont vite revenus comme Clavier et bien d'autres, motifs: impots à 50%+ taxes diverses+ impots locaux très élevés+ absence de sécu (la NHS ne vaut rien c'est une inscription et à coté il faut prendre un contrat privé...) + immobilier trop cher pour parfois des taudis !! etc...

  • gdupuis2 le lundi 14 oct 2013 à 00:38

    Si Niel roule pour Hollande, soit ce dernier lui a fait des facilités, soit il s'apprête à lui en faire.

  • knbskin le dimanche 13 oct 2013 à 21:07

    Ma foi ! Ce n'est manifestement pas l'avis de beaucoup d'entrepreneurs qui vont créer ailleurs, ni de ceux des jeunes diplômés qui vont réussir à l'étranger (aux dernières nouvelles, 25 % d'une promo, pour une Sup de Co de province bien connue). Maintenant, Niel fait évidemment la pub de Pépère et de ses embryons de "politique de l'offre" non assumée, avec des chiffres qui l'arrangent (sans S+CSG-RDS apparemment) ...

  • nobia le dimanche 13 oct 2013 à 16:33

    Enfin quelqu'un d'intelligent !