Crash mortel à San Francisco : les boîtes noires analysées aujourd'hui

le
0
Crash mortel à San Francisco : les boîtes noires analysées aujourd'hui
Crash mortel à San Francisco : les boîtes noires analysées aujourd'hui

Les boîtes noires du Boeing 777, qui a pris feu samedi à l'aéroport de San Francisco après un atterrissage raté, ont été récupérées et devaient être analysées dès ce dimanche. Les experts de la NTSB «ont récupéré les boîtes noires et les ont expédiées à nos laboratoires de Washington», a indiqué sur ABC Deborah Hersman, la présidente de l'Agence américaine de sécurité des transports (NTSB), ajoutant : «Nous espérons que les données seront utilisables. Nous allons les étudier aujourd'hui». Par ailleurs, les experts de la NTSB «espèrent interroger le pilote dans les jours qui viennent», selon elle.

Pour l'heure, difficile d'en savoir plus sur les causes du crash. «L'enquête en est à ses tout débuts. Nous avons beaucoup de travail devant nous. Cela dit, nous avons beaucoup d'informations à traiter, l'équipage a survécu, nous avons des enregistrements avec une centaine de paramètres», a-t-elle ajouté.

Pas de problème mécanique selon la compagnie

Le Boeing 777 de la compagnie sud-coréenne Asiana Airlines en provenance de Séoul a raté son atterrissage et pris feu à l'aéroport de San Francisco samedi vers 11 heures (heure de Paris), faisant deux morts et 182 blessés parmi les 307 passagers et membres d'équipage. Selon la presse américaine, une femme et une adolescente de nationalité chinoise sont décédées. Elles se trouvaient à l'arrière de l'appareil.

«D'après ce que nous savons, il n'y a pas (eu) de problème de moteur ou mécanique» avant le crash, a expliqué Yoon Young-Doo, le PDG de la compagnie Asiana Airlines au cours d'une conférence de presse dimanche à Séoul, ajoutant que les pilotes étaient des navigateurs chevronnés avec quelque 10 000 heures de vol chacun. De son côté, l'agent du FBI David Johnson a affirmé à la presse qu'il n'y a «aucune indication d'un quelconque acte terroriste ou criminel lié à l'accident».

«La queue de l'avion a touché la piste»

«La ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant