Crash du vol MH17 : Moscou dénonce des accusations sans preuves

le
0
Crash du vol MH17 : Moscou dénonce des accusations sans preuves
Crash du vol MH17 : Moscou dénonce des accusations sans preuves

Une semaine après le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines à l'est de l'Ukraine, les combats entre loyalistes et rebelles pro-Russes s'intensifient, alors que l'enquête pour déterminer les causes de la catastrophe se poursuit. Plusieurs dizaines de nouvelles dépouilles de victimes doivent rejoindre les Pays-Bas ce jeudi.

Les Etats-Unis accusent les séparatistes pro-Russes sans preuves, dénonce le ministère de la Défense russe. Depuis le crash du vol MH17 à l'est de l'Ukraine la semaine dernière, les rebelles sont dans le viseur des services secrets américains, qui les suspectent d'avoir abattu le Boeing en plein vol, alors que ce dernier survolait une zone qu'ils tenaient sous leur contrôle.

La Russie est quant à elle suspectée d'être la complice des séparatistes dans le conflit qui les oppose à l'armée régulière. Et notamment de leur avoir fourni les missiles avec lesquels ils auraient abattu l'avion. «Il a été dit que les données de renseignement techniques des Etats-Unis et des photographies satellitaires confirment que le missile a été lancé d'une zone contrôlée par les séparatistes. Question: où sont ces preuves?», a soulevé le vice-ministre de la Défense russe jeudi, sur la chaîne de télévision russe Rossiya 24. 

Au cours d'un point presse mardi, de hauts responsables du renseignement américain avaient émis l'hypothèse que le Boeing pourrait avoir été abattu «par erreur» par des séparatistes pro-russes mal entraînés. Les responsables américains ont ajouté que la version de Moscou qui pointe une implication du gouvernement ukrainien dans le crash, «ne (tenait) pas la route». 

Les combats entre les forces loyalistes et les insurgés s'intensifient, depuis l'assaut de l'armée ukrainienne contre les rebelles de la région du Donbass, lundi. L'état-major de l'«opération antiterroriste» ukrainienne rapporte jeudi matin des tirs de roquettes multiples Grad «venant du côté de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant